/news/coronavirus

Un vaccin chinois à l'essai au Pakistan

Agence France-Presse

Des milliers de Pakistanais volontaires pour tester un vaccin chinois contre la COVID-19 en attente d'homologation ont déjà été inoculés, a-t-on appris mercredi de source officielle. 

Quelque 7000 personnes sur les 10 000 participants attendus ont reçu le vaccin, développé par le laboratoire chinois CanSinoBio et l'Institut chinois de biotechnologie de Pékin, ont indiqué des responsables responsables de la campagne de vaccination. 

• À lire aussi: [EN DIRECT] Les derniers développements sur la COVID-19

«Je me suis porté volontaire pour une noble cause qui aidera l'humanité», a déclaré à l'AFP, sous couvert d'anonymat, un volontaire à l'hôpital Shifa d'Islamabad, où les personnes vaccinées reçoivent 50 dollars (42 euros) pour leur peine. 

«D'autres devraient se porter volontaires et participer à cette noble cause qui sauvera des vies», a-t-il ajouté. 

 Ejaz Ahmad Khan, le chercheur en charge de la supervision les essais au Pakistan, a indiqué à l'AFP dont les premiers résultats sur l'efficacité du vaccin étaient attendus «dans les deux ou trois mois à venir». 

 La quête d'un vaccin s'est accélérée ce mois-ci, quatre fabricants ayant annoncé que leur vaccin était efficace: l'alliance américano-allemande Pfizer/BioNTech, le laboratoire américain Moderna, l'alliance britannique AstraZeneca/Université d'Oxford et les Russes de l'institut d'État Gamaleïa. 

 Les derniers chiffres officiels font état de plus de 382 000 personnes contaminées par le nouveau coronavirus pour plus de 7800 morts au Pakistan. Bien que beaucoup d'experts estiment qu'ils sont en réalité bien plus élevés, le nombre de tests étant limité, ces statistiques restent plutôt faibles pour un pays de près de 220 millions d'habitants. 

Mais les autorités sanitaires pakistanaises ont mis en garde cette semaine contre une seconde vague qui risque d'être «plus mortelle» que la première, et ont appelé la population à un meilleur respect des règles de distanciation sociale. 

Des médecins ont indiqué à l'AFP que les hôpitaux du pays étaient proches de la saturation et que certains commençaient même à refuser des patients. 

Le vaccin chinois testé au Pakistan est également en troisième phase d'essais cliniques, la dernière, sur l'homme, avant une possible homologation, en Chine, en Russie, au Chili, en Argentine et en Arabie saoudite.