/news/politics

Mafia VIP au casino : Legault presse Loto-Québec de rendre des comptes

Marc-André Gagnon | Bureau parlementaire

Le premier ministre François Legault presse Loto-Québec de rendre des comptes pour éviter que des mafieux viennent blanchir leur argent au casino tout en bénéficiant de cadeaux et de privilèges. 

• À lire aussi: Le tapis rouge pour le crime organisé au Casino

• À lire aussi: Sollecito appelle pour ses cadeaux

• À lire aussi: Loto-Québec refuse une entrevue sur le crime organisé

«Je trouve ça bien effrayant de dire qu'on encourage presque les gens du crime organisé à blanchir de l'argent et qu'on leur offre même des cadeaux», a déclaré le premier ministre François Legault, en réaction au reportage de notre Bureau d’enquête. 

« Personnellement, j'ai appris ça dans Le Journal ce matin », a avoué le premier ministre. 

Selon lui, il appartient à Loto-Québec de «faire un minimum de vérifications pour s'assurer que les gens qui viennent au casino, ce n’est pas pour blanchir de l'argent», a-t-il continué. 

Le gouvernement décidera «de la suite des choses» selon «la clarté» des réponses que le ministre des Finances obtiendra de la part de Loto-Québec, a expliqué le premier ministre. 

Commission d’enquête   

Abasourdis par les révélations de notre Bureau d’enquête, les partis d’opposition ont réclamé jeudi matin la tenue d’une commission d’enquête publique et indépendante pour faire la lumière sur la présence du crime organisé dans les casinos de Loto-Québec. 

L’opposition officielle s’est empressée de faire savoir que ses députés appuieraient une motion en ce sens qui a été déposée par Québec solidaire. 

Cette motion a également bénéficié de l’appui du Parti québécois, mais le gouvernement a refusé d’y consentir. 

«Nous serons en mesure de rectifier totalement la situation», a assuré le ministre de la Justice et leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin-Barrette. 

Faire toute la lumière   

«Je pense qu'il est plus que temps de faire la lumière sur les activités de casino au Québec», a plaidé en point de presse le député solidaire Vincent Marissal. 

Selon lui, la confiance du public envers ses institutions se retrouve une fois de plus «sérieusement ébranlée» par ce qui est rapporté ce matin. 

Chambres d’hôtel, billets de spectacle et autres cadeaux pour l’un des leaders de la mafia montréalaise: M. Marissal s’étonne de voir «tout ce que le gouvernement a fait pour encourager» la présence de mafieux dans ses casinos. 

«C'est un volontariat, ma foi, assez surprenant», a-t-il déploré. Le député de Rosemont peine à croire que les informations rapportées par notre Bureau d’enquête n’aient pas remonté jusqu’aux plus hauts niveaux de l’État. 

«Comment ça se fait qu'on a toléré ça pendant des années», a-t-il soulevé. 

Les libéraux n’étaient pas au courant   

«Ce n'est jamais arrivé à mes oreilles, sinon on aurait agi», s’est défendue la cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, lorsque questionnée sur ce point par la presse parlementaire. 

S’il est de notoriété publique que des criminels fréquentent les casinos, l’ex-vice-première ministre assure qu’elle n’était pas au courant des «avantages» que Loto-Québec pouvait offrir à ses plus gros joueurs. 

À l’instar du Parti québécois, elle presse Loto-Québec et le gouvernement de faire preuve de la plus grande transparence. 

«Tu diriges une société d'État, il faut que tu rendes des comptes», considère Mme Anglade. 

«Quand j'ai vu ça ce matin dans Le Journal, je me suis dit: “Bien voyons donc, ça n'a pas d'allure”», a réagi à ses côtés le député libéral Jean Rousselle. «Il faut faire quelque chose, ça n'a pas d'allure», a ajouté l’ex-policier.