/news/homepage

3 règles d’or pour cotiser dans son REER sans s’en rendre compte

TVA Nouvelles

bloc argent retraite REER surfer sur l'argent

Illustration Fotolia

Parmi le loyer, les assurances, l'épicerie et toutes les dépenses, il peut paraître impensable de se garder un montant à placer dans ses REER, surtout quand on n'a que 25 ans et qu’une partie de vos payes disparaissent à la SAQ. Voici trois astuces simples pour faire fructifier vos billets le plus paresseusement possible. 

1. Transférez une partie de votre CELI dans votre REER       

Les avantages du CELI sont nombreux pour les jeunes travailleurs : chaque sou nous revient, votre argent croît à l’abri de l’impôt et ça peut être très intéressant pour une épargne à court, moyen ou même long terme. Certaines personnes utilisent même le CELI comme un coussin de sécurité, puisqu’il est facile d’y effectuer des retraits en cas d’urgence.

Si votre carrière a pris son envol et que vos payes deviennent de plus en plus intéressantes, vous pourriez songer à placer une partie de votre CELI dans votre REER pour des projets à moyen ou long terme, comme l’achat d’une maison. Vous pourrez alors profiter du Régime d’accès à la propriété (RAP) pour constituer une mise de fonds.

C’est aussi une bonne façon d’économiser sur l’impôt puisque vos cotisations sont déduites de votre revenu imposable. Bonjour les retours d’impôts!

2. Planifiez des virements automatiques       

C’est la meilleure méthode pour cotiser rapidement. Toutes les institutions financières permettent de planifier à un moment choisi un virement entre comptes. 

Dans un monde idéal, 10% à 15% de votre revenu net devrait être consacré à l’épargne. Si vous recevez par exemple un montant de 1900$ aux deux semaines, vous devriez, en théorie, placer entre 190$ et 285$ de ce montant dans l’un de vos comptes épargne.  

En planifiant vos virements lors des jours de paie, ce montant part directement dans votre REER (ou votre CELI) après avoir atterri dans votre compte chèque. 

Conseil : si vous avez des projets à court terme, divisez votre versement en deux et envoyez le d’une part dans votre compte REER et de l’autre dans votre compte CELI, qui est plus facile d’accès en cas de retrait.

3. Placez vos extras       

Vous êtes restés chez vous tout le mois de novembre et vous n’avez presque rien dépensé? Gé-nial. Quelques jours avant votre paye, voyez si vous pouvez vous permettre de cotiser un montant supplémentaire à votre REER. Rappelez-vous : il n’y a pas de petite épargne! Chaque montant placé vous rapportera gros dans plusieurs années, alors ce réflexe peut devenir extrêmement payant. 

Restez tout de même réalistes : rappelez-vous que ce montant est à «oublier» et que vous ne pourrez le toucher avant vos 71 ans ou lors de rares cas. Pensez quand même à vous garder un petit fonds d’urgence dans votre CELI ou même dans votre compte chèque en cas de pépin. 

Rappels importants : plusieurs pièges sont à éviter lorsqu’on cotise à un REER, que ce soit cotiser au-delà du maximum permis ou faire des retraits hâtifs. Pour tout savoir, consultez ce guide de la Sun Life.

Sources : Sun Life.