/news/coronavirus

COVID-19: le «général» des vaccins, c’est lui

Patrick Bellerose | Bureau parlementaire

Jérôme Gagnon

Photos tirés de la page faceboo

Contrairement au flamboyant ex-chef d’état-major Rick Hillier choisi pour piloter la mission en Ontario, c’est un fonctionnaire de carrière méconnu, Jérôme Gagnon, qui dirigera la campagne de vaccination historique au Québec. Ceux qui l’ont côtoyé assurent néanmoins que nous sommes entre bonnes mains.

• À lire aussi: Québec désigne son «général» pour l’opération de vaccination

• À lire aussi: Contrat moral pour les festivités de Noël: Legault ajuste le tir à nouveau

Le premier ministre François Legault a confirmé jeudi que le nouveau sous-ministre adjoint à la Santé sera responsable de cette importante opération logistique.

La tâche a de quoi donner le vertige : la campagne pourrait impliquer trois vaccins différents (dont un doit être gardé à -70 degrés Celsius), qui nécessitent deux doses.

De plus, il faudra éviter les grandes files et les rassemblements en plein hiver, pour prévenir la contamination à la COVID-19. Les attentes sont énormes. C’est sur lui que reposent les espoirs des Québécois de sortir au plus vite de cette pandémie.

«Il va y avoir un général, c’est M. Jérôme Gagnon [...]», a lancé M. Legault en point de presse. Il sera assisté du Dr Richard Massé, ex-directeur national de la santé publique. Tous les deux agiront sous la direction du Dr Horacio Arruda.

Habitué aux situations difficiles  

Jérôme Gagnon a refusé les demandes d’entrevue jeudi et le gouvernement Legault s’est fait avare de commentaires.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, s’est contenté de dire que le haut fonctionnaire «a vu son lot de situations difficiles» au cours de sa carrière.

Jusqu’en octobre dernier, M. Gagnon était directeur général adjoint à la sécurité de l’État, une division du ministère de la Sécurité publique (MSP) où il a gravi les échelons au cours des 15 dernières années. Peu connue du public, cette unité s’occupe notamment de la protection des personnalités, du renseignement et de la protection des palais de justice.

Seul élément croustillant dans son CV : des études sur le terrorisme menées en Écosse.

Mais les élus et fonctionnaires qui ont travaillé à ses côtés n’ont que de bons mots pour ce travailleur de l’ombre.

«C’est un homme qui m’est toujours apparu très consciencieux, structuré, organisé dans sa façon de travailler», affirme l’ex-ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron.

Une source qui a côtoyé M. Gagnon au MSP en dresse aussi un portrait flatteur. «C’est un gestionnaire solide, capable de concilier de nombreuses divergences avec plusieurs acteurs et partenaires et intérêts multiples.»

«Très compétent»  

Toujours à la sécurité publique, un autre interlocuteur le décrit aussi comme quelqu’un de « rès compétent, organisé et structuré». «Mais il arrive à peine à la santé, il fera face à un gros défi parce qu’il sera en terrain peu connu et qu’il ne connaît pas la grosse machine qu’est le système de santé», fait-il valoir.

Du côté gouvernemental, on souligne que son profil s’inscrit dans une volonté d’amener des «gens de terrain» à la tête du ministère pour gérer la pandémie.

En effet, plusieurs nouveaux sous-ministres adjoints qui n’ont pas évolué dans la fonction publique se sont joints à l’équipe de Dominique Savoie.

Elle-même nommée pour épauler Christian Dubé en juin dernier, la sous-ministre a reçu le mandat d’améliorer l’efficacité du réseau de la santé après que plusieurs lacunes eurent été exposées pendant la première vague.

«Nous amenons du personnel pour nous assurer que nous avons réellement un point de vue opérationnel et que c’est supporté par une vision stratégique de santé publique», a d’ailleurs expliqué le ministre de la Santé, lors du point de presse jeudi.

Vaccins au début de 2021  

Les récentes annonces de vaccins efficaces contre la COVID-19 permettent une lueur d’espoir pour 2021. Jeudi, Ottawa a dit s’attendre à recevoir les premières doses pour vacciner trois millions de Canadiens dans les premiers mois de 2021.

— Avec la collaboration de Geneviève Lajoie, Yves Daoust, Stéphane Alarie et l’Agence QMI

Son CV en bref   

  • Sous-ministre adjoint, responsable opérations et de la protection en santé publique au ministère de la Santé et des Services sociaux          
  • Auparavant, directeurgénéral adjoint à la sécurité de l’État au ministère de la Sécurité publique          
  • Détient un baccalauréat et maîtrise en science politique à l’Université Laval          
  • Détient un certificat en études sur le terrorisme à l’Université St-Andrews, en Écosse          
  • A fait des études au programme gouvernemental d’apprentissage du gestionnaire leader de la fonction publique québécoise à l’ÉNAP                     

D’autres responsables de la vaccination  

► Au Canada, l’opération vaccin est chapeautée par « Équipe Canada ». Les Forces armées canadiennes seront mises à profit.   

► En Ontario, le général retraité Rick Hillier dirigera l’opération vaccination.  

Rick Hillier

Photo AFP

Rick Hillier

► En France, la virologue Marie-Paule Kieny est la présidente du comité scientifique sur le vaccin.  

Marie-Paule Kieny

Photo AFP

Marie-Paule Kieny

► Aux États-Unis, Moncef Slaoui, chercheur en immunologie, est le responsable scientifique de l’opération de vaccination.

Moncef Slaoui

Photo AFP

Moncef Slaoui