/news/coronavirus

«Il faut trouver des endroits où faire plus d’efforts»

TVA Nouvelles

Le gouvernement Legault a fixé une condition pour permettre les rassemblements à Noël : la courbe des cas doit fléchir. 

Actuellement, la province semble avoir atteint un plateau même si les Québécois ont restreint leurs contacts sociaux. Il faudra peut-être en faire encore plus pour inverser la tendance. Et il faudra le faire rapidement.  

«L’impact des efforts qu’on fait prend toujours deux à trois semaines avant d’être visible. Si on veut réussir à réduire le nombre de cas, ce n’est pas la semaine avant Noël qu’il faut faire les efforts, c’est maintenant», explique Gaston De Serres, médecin-épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec. 

«Actuellement, il y a toute sorte de contacts que nous avons réduit. Je pense que les gens ne font plus de rassemblements dans leur foyer. Il faut trouver des endroits où faire plus d’efforts en termes de réduction de contacts.» 

Mais comment atteindre cet objectif? Après tout, les restaurants, les salles de spectacle et plusierus autres attractions où on peut se réunir sont fermés un peu partout au Québec. Le docteur De Serres croit toutefois qu’il est possible d’en faire plus. 

«Quand on regarde où se fait la transmission, il y a de la transmission dans les milieux de travail, dans les milieux scolaires, dans les milieux de soins, dans les familles... Je pense qu’on peut essayer d’améliorer les protections dans les milieux de travail en restant plus loin les uns des autres, en mettant des protections physiques pour réduire les risques et en portant le masque», ajoute-t-il. 

Voyez l’intégralité de son entrevue dans la vidéo ci-dessus.

Dans la même catégorie