/news/culture

Kate Winslet, la reine des films d’amour

Malik Cocherel | Agence QMI

Plutôt discrète ces dernières années, Kate Winslet fera son grand retour dans le drame amoureux «Ammonite», pour une nouvelle romance passionnée. L’occasion de revenir sur le parcours déjà riche en émotions de l’actrice de 45 ans.

Le drame lesbien «Ammonite» plonge Kate Winslet et Saoirse Ronan au cœur d’une romance interdite dans l’Angleterre du XIXe siècle. En 1840, une paléontologue renommée (Kate Winslet) se lance à la recherche de fossiles avec une jeune femme mariée à un riche londonien (Saoirse Ronan). Ces escapades en bord de mer leur donnent alors l’occasion de se rapprocher.

Pour leur premier film ensemble, Kate Winslet et Saoirse Ronan ont développé une belle chimie sous les ordres du réalisateur anglais Francis Lee. L’actrice oscarisée de 45 ans a même offert un cadeau un peu particulier à sa partenaire de 26 ans. Kate Winslet s’est arrangée pour décaler le tournage d’une scène d’amour avec Saoirse Ronan pour que cela tombe pile le jour de l’anniversaire de cette dernière.

«Je voulais qu’elle ait un super souvenir dans sa carrière, quelle que soit la façon dont la scène allait ressortir dans le film», a indiqué la star à «Entertainment Weekly».

Des amours mémorables

Avant «Ammonite», Kate Winslet a connu plusieurs romances marquantes au grand écran. La plus fameuse de ces idylles reste bien sûr son amour maudit dans «Titanic», de James Cameron, film pour lequel elle a formé un couple inoubliable avec Leonardo DiCaprio en 1997. L’actrice a ensuite retrouvé son «Jack» dans «Les noces rebelles», en 2008, pour une nouvelle histoire d’amour, dans la peau d’une épouse qui vit mal sa condition de femme au foyer. Kate s’est aussi illustrée dans «Le liseur», où elle campait en amante au lourd passé de gardienne SS, un rôle profond qui lui a valu de remporter l’Oscar de la meilleure actrice en 2009.

Dans «Les enfants de chœur», sorti en 2006, elle a incarné une épouse embarquée dans une relation adultère enflammée. Dans «Du soleil plein la tête», de Michel Gondry, sorti en 2003, elle a joué face à Jim Carrey une femme qui retombe en amour avec l’homme qu’elle avait décidé d’effacer de sa mémoire.

Un rôle traumatisant

Kate Winslet n’a pas joué que dans des films d’amour. On l’a aussi vue à l’affiche de «Contagion», dans le rôle d’une virologue confrontée à un redoutable virus respiratoire. L’actrice a expliqué que jouer dans ce film prémonitoire sorti en 2011 lui avait permis de mieux se préparer à affronter la COVID, neuf ans plus tard. Aux premières heures de la crise, elle avait déjà adopté toutes les mesures sanitaires pour se protéger.

«Les gens me croyaient folle parce que je portais un masque depuis des semaines, je désinfectais tout au gel hydroalcoolique et je portais des gants», a-t-elle déclaré au «Hollywood Reporter».

Au printemps dernier, Kate Winslet a également participé, avec ses collègues du film «Contagion», Matt Damon, Jennifer Ehle et Laurence Fishburne, à une vidéo de sensibilisation pour adopter les bons réflexes face au virus. «Lavez-vous les mains comme si votre vie en dépendait, car, en ce moment en particulier, cela pourrait bien vous la sauver», rappelait-elle.

En revanche, l’actrice a déconseillé à ses proches d’écouter le film en pleine pandémie. «Ça va vous effrayer!» a-t-elle lancé. Aussi étonnant que cela puisse paraître, Kate Winslet n’a d’ailleurs jamais elle-même vu le film de Steven Soderbergh.

Des coups de foudre et des divorces

Kate Winslet a connu son premier vrai grand amour avec Stephen Tredre, rencontré sur le tournage de la série «Dark Season», en 1991. Quatre ans après, elle s’est séparée de l’acteur anglais, malheureusement décédé d’un cancer des os en 1997.

Elle a ensuite épousé le réalisateur Jim Threapleton en 1998, avec qui elle a eu une fille, Mia, en 2000, un an avant le divorce du couple. En 2003, l’actrice s’est remariée avec le réalisateur Sam Mendes, avec qui elle a eu Joe, son deuxième enfant, et dont elle a divorcé au bout de sept ans de mariage.

Après avoir brièvement fréquenté le mannequin Louis Dowler, elle a rebondi dans les bras du neveu du milliardaire Richard Branson, Ned Rocknroll, qu’elle a épousé en 2012. Un an plus tard, Kate a donné naissance à son petit dernier, Bear.

Parfois pointée du doigt pour sa vie sentimentale agitée, l’actrice a répliqué en affirmant que ses divorces avaient été bénéfiques à ses enfants. «Je crois que c’est très important d’apprendre à ses enfants que, dans la vie, ils vont en baver d’une manière ou d’une autre. Le divorce en est un bon exemple», a-t-elle expliqué dans la revue «Harper’s Bazaar».

Des retrouvailles attendues

Après «Ammonite», Kate Winslet sera à l’affiche d’«Avatar 2». Le film, dont la sortie a été repoussée à décembre 2022, marquera les grandes retrouvailles de l’interprète de Rose avec le réalisateur de «Titanic», James Cameron. «C’était tellement merveilleux de travailler à nouveau avec lui», a-t-elle déclaré au magazine «Hollywood Reporter», juste après avoir bouclé le tournage de cette suite tant attendue.

D’après les infos qui ont déjà filtré, Kate Winslet va prêter ses traits à Ronal, une Na’vi membre de la tribu des Metkayina. L’actrice a indiqué avoir dû apprendre à plonger en apnée pour ce rôle de personnage aquatique. «C’était tout simplement incroyable. Ma plus longue respiration a été de 7 minutes et 14 secondes, un truc vraiment dingue», a-t-elle précisé.

À l’époque de «Titanic», Kate Winslet avait déjà dû s’immerger dans un gigantesque bassin d’eau froide pour les scènes déchirantes d’après naufrage, et s’était retrouvée au bord de l’hypothermie. «J’avais vraiment très froid, avait-elle confié dans l’émission de Stephen Colbert en 2017. Il y avait beaucoup d’eau, et c’était impossible de la chauffer.»

La sortie du film «Ammonite» a été reportée à une date non précisée.