/regional/sherbrooke/centreduquebec

Les aspirants policiers confinés à Nicolet touchent au but

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

Les cadets confinés à l'École nationale de police du Québec de Nicolet depuis le début de leur stage en septembre arrivent au bout de cette épreuve.

Ils recevront leur diplôme la semaine prochaine. Aucun des étudiants n'a abandonné, même si tous conviennent que les trois derniers mois ont été difficiles. Ils étaient 72 sur la ligne de départ et sont 72 à la ligne d'arrivée.

Ils ont dû vivre en réclusion totale sur le campus de Nicolet, dans le Centre-du-Québec, avec interdiction de sortir, sans permission de week-end ni aucun visiteur.

Pour tout besoin extérieur particulier, c'est un commissionnaire de l'école qui se chargeait de le combler.

«La capacité d'adaptation est une qualité qu'un policier doit avoir. Nous, au fil des semaines, on s'est adaptés pour ce qui est des mesures de distanciation, du port du masque. Pour les activités la fin de semaine aussi. C'est sûr qu'il a fallu occuper notre temps la fin de semaine», a indiqué Justin Tousignant, qui est lieutenant de cohorte.

Il est arrivé que des proches de cadets tombent malades ou même décèdent. Un service de soutien psychologique était alors mis à leur disposition. L'école avait aussi prévu de garder accessibles les plateaux de formation durant le week-end avec même un instructeur de tir sur place.

L'École nationale de police du Québec avait bien fait comprendre à tous que le confinement était «le prix à payer» pour devenir policier.

«Évidemment, c'est leur carrière qui est en jeu. Ils sont très volontaires pour le faire, mais c'est difficile, très difficile», a convenu Pierre Savard, directeur de la Formation initiale.

Les nouvelles cohortes arrivées durant l'automne doivent s'astreindre au même régime. Ce sera le cas tant que durera la pandémie.