/news/coronavirus

Tests inutilisés: les professeurs veulent savoir pourquoi Québec fait la fine bouche

Agence QMI

STOCKQMI-ÉCOLE

Photo d'archives, AGENCE QMI

Québec n’a pas le luxe de faire la fine bouche envers les tests rapides envoyés par Ottawa au moment où on constate de nombreux bris de services dans le réseau scolaire, estime un syndicat d’enseignants. 

• À lire aussi: COVID-19: plus d’un million de tests rapides inutilisés au Québec

Les professeurs demandent donc au gouvernement Legault de s’expliquer au sujet des 1,2 million de tests de dépistage rapides toujours inutilisés.

«Puisque les ruptures de services persistent et que les écoles sont source de plus de 30 % des éclosions de la COVID-19, les tests rapides permettraient d'éviter ces bris et d'assurer la protection et la sécurité des enseignantes et des enseignants ainsi que de leurs élèves jeunes et adultes», affirme la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), par voie de communiqué, vendredi.

La Fédération rappelle qu’à l’heure actuelle, des enseignants doivent attendre plusieurs jours avant de recevoir leurs résultats de tests, et ce, malgré l’engagement du ministre de la Santé, Christian Dubé, de mettre en place une voie rapide pour le milieu scolaire.

«Gérer une crise n'est pas facile, nous le savons. Cependant, le ministre Dubé doit expliquer les raisons pour lesquelles 1,2 million de tests de dépistage rapide dorment dans des entrepôts alors que le Québec continue d'être la province la plus touchée au Canada», a martelé le président de la FAE, Sylvain Mallette.

Vendredi, «Le Journal de Québec» a rapporté qu’Ottawa ne digère pas que le gouvernement Legault fasse la fine bouche et tarde à utiliser les 1,2 million de tests de dépistage rapide de la COVID-19 qui lui ont été envoyés jusqu’à maintenant.

Depuis le 30 octobre, Québec a remisé des tests rapides ID NOW et des tests antigéniques PANBIO de la multinationale Abbott, homologués par Santé Canada et permettant de dépister le virus en moins de 15 minutes.

Même s’ils ont déjà été approuvés par Santé Canada, le ministre Christian Dubé ne les a toujours pas distribués, préférant d’abord les faire approuver à nouveau dans le cadre de projets-pilotes à l’Hôpital de Saint-Eustache et à l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, à Montréal.

Dans la même catégorie