/news/coronavirus

La course aux remèdes: et vous, quand serez-vous vacciné contre la COVID-19?

Jules Richer | Journal de Montréal

injecting injection vaccine vaccination medicine flu woman doctor

Photo Adobe Stock

Les résidents des CHSLD et les travailleurs de la santé seront les premiers à être vaccinés contre la COVID-19, lorsque le Canada recevra ses premières doses au début de 2021. Mais ensuite, les choix risquent d’être plus compliqués à faire, estiment des experts.

« Les personnes les plus touchées en termes de décès et d’hospitalisations, les travailleurs de la santé, c’est clairement des groupes qui seront rapidement ciblés », souligne d’emblée le Dr Gaston De Serres, médecin épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec.

« Ensuite, enchaîne-t-il, il y a toutes sortes de questions plus compliquées qui se poseront, dans la mesure où il n’y aura d’abord pas assez de doses pour vacciner tout le monde en même temps. »

Le Canada a visé juste avec son programme d’achat anticipé de vaccins auprès des grandes sociétés pharmaceutiques. Un total de 152 millions de doses des trois premiers candidats vaccins aux résultats encourageants, soit ceux de Pfizer, de Moderna et d’AstraZeneca, a déjà été réservé.

Mais cela ne veut pas dire que toutes ces doses seront expédiées au même moment. 

Ottawa s’attend à ce que les lots initiaux arrivent graduellement dans les trois premiers mois de 2021. On prévoit vacciner 3 millions de personnes au cours de cette période.

Hier, Justin Trudeau a soutenu que la majorité des Canadiens seront vaccinés d’ici septembre prochain si tout va bien.

L’Angleterre a sa liste, elle

Contrairement à certains États, comme l’Angleterre, des listes précises de priorité de vaccination par groupe de population n’ont pas encore été dévoilées au Québec.

Le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, a néanmoins donné des indices hier en expliquant que les plus vulnérables, – « c’est-à-dire les personnes âgées » –, seront d’abord protégés, ainsi que certains travailleurs essentiels et certaines communautés éloignées, mais sans en ajouter davantage.

Le Québec a confié l’opération vaccination au nouveau sous-ministre adjoint à la Santé, Jérôme Gagnon. 

Selon le Dr De Serres, le calendrier choisi par l’Angleterre est « simple à gérer », parce qu’il fonctionne essentiellement par groupe d’âge. Mais d’autres considérations devraient être prises en compte, avance le médecin, comme celles relatives à la vaccination des travailleurs essentiels qui ne travaillent pas à distance dans les secteurs autres que la santé.

Il donne l’exemple des responsables du bon fonctionnement des usines de filtration d’eau, ou encore celui des employés à des postes cruciaux d’Hydro-Québec.

Et c’est là que les questions se posent. « Qui va déterminer ces postes critiques ? On entre dans quelque chose qui doit se décider au niveau des organisations, et c’est compliqué », dit le Dr De Serres. Mais ce sera néanmoins au gouvernement d’arbitrer au bout du compte, précise-t-il.

Les professeurs

De son côté, l’épidémiologiste Nimâ Machouf affirme que les professeurs doivent entrer dans la catégorie des personnes à vacciner en priorité.

« Les professeurs sont des travailleurs essentiels, parce qu’on veut que l’école fonctionne », souligne-t-elle.

Une fois les populations à risque et les travailleurs essentiels immunisés, ce sera au tour de la population en général.

Peut-on craindre alors une sorte d’embouteillage à cause du grand nombre de personnes à traiter ?

« Rendu là, je ne crois pas que ce sera un problème, répond Mme Machouf. On sera rodés, le système sera efficace, on sera capable d’offrir des vaccins rapidement. » 

Les trois vaccins  

Le Canada a réservé 152 millions de doses  des trois premiers candidats vaccins sérieux.

Photo AFP

Le Canada a réservé 152 millions de doses des trois premiers candidats vaccins sérieux.

 

Pfizer  

Vaccin à ARN  

Doses réservées par le Canada : 76 millions  

Taux d’efficacité : 95 %  

Conservation : -70 °C, jusqu’à 6 mois  

Prix unitaire : 25 $  

Inoculation : deux doses à trois semaines d’intervalle     

AstraZeneca  

Vaccin à adénovirus  

Doses réservées par le Canada : 20 millions  

Taux d’efficacité : jusqu’à 90 %  

Conservation : 4 °C, jusqu’à 6 mois  

Prix unitaire : environ 3,25 $  

Inoculation : deux doses à trois semaines d’intervalle     

Moderna  

Vaccin à ARN  

Doses réservées par le Canada : 56 millions  

Taux d’efficacité : 94,5 %  

Conservation : -20 °C, jusqu’à 30 jours  

Prix unitaire : de 20 $ à 30 $  

Inoculation : deux doses à quatre semaines d’intervalle     

L’exemple anglais  

L’agence de santé de l’Angleterre (NHS England) a conçu un calendrier de vaccination contre la COVID-19 par groupe de population, qui a été dévoilé récemment.

Le voici, avec les dates prévues du début de vaccination :  

Travailleurs de la santé ainsi que personnel et résidents des foyers de personnes âgées : début décembre  

Personnes de 80 ans et plus : mi-décembre  

Personnes de 70 à 79 ans : fin décembre  

Personnes de 65 à 69 ans : début janvier  

Personnes de 65 ans et moins à risque : début janvier  

Personnes de 50 à 64 ans : mi-janvier  

Toutes les personnes de 18 à 49 ans : fin janvier, avec le plus gros de la vaccination en mars.    

 

Ce qu’en pense le doc Béliveau 

Le principal obstacle est franchi  

Si quelqu’un avait dit au printemps dernier que la principale préoccupation de l’année 2021 serait de distribuer efficacement trois vaccins contre la COVID-19, on l’aurait probablement taxé d’un excès d’optimisme. 

C’est dire à quel point la recherche scientifique a rapidement trouvé la contre-attaque à ce virus redoutable !

Logistique

Même si la distribution de ces vaccins pose effectivement des problèmes logistiques, il reste que le principal obstacle a été franchi et qu’on entre maintenant dans l’étape finale du combat contre la COVID-19.  

L’étape limitante de cette guerre était vraiment la partie scientifique !

Distribuer et administrer un vaccin, nous savons comment faire...