/news/coronavirus

COVID-19: la zone chaude d'un centre de gériatrie évacuée

Agence QMI

PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Face à une importante contamination à la COVID-19 au sein de sa «zone chaude», le centre gériatrique Maimonides Donald Berman à Montréal a transféré dimanche 18 patients atteints à la COVID-19 vers l’Hôpital Hôtel-Dieu.

Le personnel soignant, incluant les infirmières et les préposées aux bénéficiaires, sera aussi temporairement envoyé à l’Hôtel-Dieu.

Deux patients touchés plus durement parmi la trentaine de bénéficiaires actuellement positifs ont été transférés à l’Hôpital Général Juif dimanche. Initialement, 19 patients devaient s'y rendre, mais après un nouvel examen dimanche, ceux-ci ont été reconduits à leur chambre.

«Par mesure de précaution, et après avoir consulté les autorités de santé publique, nos spécialistes des maladies infectieuses et nos professionnels de la santé, nous avons conclu que la meilleure manière de rompre le cycle infectieux était de fermer temporairement notre zone chaude», a fait savoir dans un message transmis samedi aux familles des patients la directrice du Programme Soutien à l’autonomie des personnes âgées (SAPA) du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, Barbra Gold.

Le centre Maimonides Donald Berman avait fait l’objet d’un reportage du «Journal de Montréal» mercredi dernier, alors qu’on y avait enregistré une cinquantaine de cas chez les aînés, en plus d’une vingtaine d’employés infectés et de quatre décès en deux semaines.

Selon les autorités de la santé publique et des experts en maladies infectieuses, l’importante transmission de COVID-19 dans l’établissement est notamment due à la forte densité de personnes très contagieuses au septième étage du centre, qui se veut un espace relativement restreint mal adapté pour faire cface à la pandémie.

«Nous espérons que cette décision [de fermer la zone chaude] nous permettra d’enrayer l’éclosion plus rapidement puisqu’elle réduira les occasions d’exposition au virus», a expliqué Mme Gold dans sa lettre aux familles, ajoutant que «cette stratégie a été utilisée avec succès dans d’autres pays».

La décision fut «difficile», a-t-elle affirmé, mais «nécessaire» et exécutée «par excès de prudence».

Le centre avait annoncé jeudi que ses proches aidants devraient passer des tests de dépistage aux deux semaines.

Au printemps dernier, la première vague avait fait beaucoup de dommages au Centre Maimonides Donald Berman. Au moins 113 résidents et 39 membres du personnel avaient été infectés par le virus, qui avait fait des dizaines de morts. Des soldats des Forces armées étaient temporairement venus en renfort.

Une assemblée publique virtuelle avec les familles des patients est prévue prochainement.