/finance/homepage

Des inventeurs québécois primés par le magazine américain Time

Martin Jolicoeur | Journal de Montréal

L’honneur n’a rien d’un canular. Et pourtant, les artisans de la firme d’intelligence artificielle peinent encore à y croire. Leur jeune entreprise, la société à succès BrainBox AI, est parvenue à se tailler une place au prestigieux palmarès mondial des 100 meilleures inventions de l’année du magazine Time.

« C’est complètement fou, s’étonnait encore son cofondateur Jean-Simon Venne lorsque joint par Le Journal, hier. Comment voulez-vous imaginer une chose pareille ? C’est inespéré pour une entreprise québécoise comme la nôtre. »

À la fin de l’été, sans qu’elle le sollicite d’aucune manière, le magazine invitait l’entreprise à soumettre sa candidature. 

Peu de temps après, BrainBox s’exécute, sans vraiment y croire. 

Et c’est au milieu de la semaine dernière que la firme montréalaise recevait, sous embargo, la confirmation de la nouvelle à venir.

« J’ai demandé qu’on me relise le courriel à trois reprises tellement je n’en croyais pas mes yeux, relate M. Venne. Et même après qu’on eut réussi à me le confirmer, je n’ai pu commencer à y croire qu’après l’avoir vu dans les pages du magazine ! »

La page couverture de l’édition du 30 novembre du magazine Time, consacrée aux inventions qui ont marqué 2020.

Photo courtoisie

La page couverture de l’édition du 30 novembre du magazine Time, consacrée aux inventions qui ont marqué 2020.

Un bon moment 

Chaque année, à pareille date, le Time publie un palmarès des 100 meilleures innovations de l’année. Par le passé, le même palmarès avait salué les AirPods Pro de Apple.

L’exercice comprenait cette année, pour la première fois de son histoire, une catégorie en intelligence artificielle. Cinq entreprises seulement furent retenues, dont BrainBox.

Les cerveaux derrière la compagnie montréalaise ont réussi, grâce à l’apprentissage en profondeur, à l’infonuagique et à la prise de décision autonome, à mettre au point un système de gestion automatisée des systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation des grands immeubles.

Cette innovation permettrait en outre de réduire la facture énergétique des immeubles de 25 %, leur empreinte carbone de 20 % à 40 %, en plus d’améliorer le confort général des occupants. 

Des retombées inespérées 

Depuis, le cellulaire de son nouveau président, Sam Ramadori, n’arrête pas de sonner. « L’impact fut aussi instantané que bénéfique, dit-il. L’une des grandes difficultés de notre industrie est de pouvoir démontrer nos prétentions. Avec ce classement, c’est comme si l’on venait d’obtenir un sceau d’approbation. »

Une chose est sûre, ajoute-t-il, jamais l’entreprise n’aurait pu s’offrir une campagne publicitaire plus efficace. « Des millions de dollars d’investissements en marketing n’auraient jamais eu, dit-il, l’impact dont nous profitons aujourd’hui. »

De fait, le Time est lu par 18 millions de lecteurs à travers le monde. Et son site web est consulté par 40 millions de visiteurs uniques. Difficile de trouver meilleur véhicule de promotion pour une entreprise qui cherche à conquérir la planète. Depuis sa création, en 2019, BrainBox AI a signé des ententes avec une trentaine d’entreprises, gestionnaires de plus de 40 millions de pieds carrés dans le secteur de l’immobilier, sur cinq continents.