/sports/homepage

«Je m'attendais au pire» -Alex Tagliani

TVA Sports

Le coureur automobile québécois Alex Tagliani a imaginé le pire lorsqu’il a vu les images du terrible accident du Français Romain Grosjean lors du Grand Prix de Formule 1 de Bahrein, dimanche.

Grosjean a heurté le rail de plein fouet après un contact avec un rival, tôt dans la course, et sa voiture s’est sectionnée en deux. La partie dans laquelle se trouvait Grosjean a ensuite pris feu. Par on ne sait trop quel miracle, le coureur de l’écurie Haas a réussi à s’extirper de son bolide enflammé et au final, n’a pas subi d’importantes blessures, même s’il lui a fallu environ 30 secondes pour se sortir de là.   

• À lire aussi: Le pilote Romain Grosjean assure qu’il va bien

• À lire aussi: Un pilote de F1 miraculé après une explosion

«Ça donne des frissons», a admis Tagliani à LCN, dimanche.

«Quand on a vu l'accident, tout le monde a vraiment été impressionné de voir l'impact et l'explosion, a-t-il ajouté. Mais quand tu es dans une voiture, c'est vraiment la décélération qui cause des blessures. Lui, sa voiture, elle est rentrée dans le "guard rail" et elle s'est arrêtée, donc il n'y a pas eu une longue décélération avec perte de vitesse, ça a été vraiment subit. Donc là-dessus, je m'attendais au pire.»

Selon lui, Grosjean a certes profité des dispositifs de sécurité sans cesse améliorés en Formule 1, mais il a surtout été très chanceux.

«T'avais l'impact, t'avais l'explosion, t'avais la décélération qui avait l'air brutale, la voiture qui passe au travers des "guard rails" : c'est quasiment comme des ciseaux, a-t-il illustré. Il aurait pu y avoir plein de morceaux de métal qui le coupent ou qui le blessent, et il aurait pu rester pris dans le feu si la voiture n'avait pas sorti de l'autre côté du "guard rail". Il a été très chanceux aujourd'hui.»

Si les trente secondes passées par Grosjean dans une voiture en feu semblent terrorisantes, Tagliani estime que dans les circonstances, le Français est sorti plutôt rapidement de sa voiture.

En temps normal, un pilote peut sortir de sa voiture en cinq secondes, a-t-il expliqué.

«Mais là, il était pris un peu», a-t-il souligné

«Il n'était pas dans une situation parfaite et le temps que ça a pris pour qu'il sorte, c'est quand même très, très rapide», a indiqué le coureur qui a maintenant 47 ans.

Des souvenirs du Lausitzring    

Tagliani a lui aussi, au cours de sa longue carrière, été impliqué dans quelques accidents, dont un particulièrement terrifiant en 2001 lors d’une course de série CART au Lausitzring, en Allemagne.

Le Québécois s’amenait à toute vitesse dans l’un des virages du circuit ovale lorsqu’il a heurté de plein fouet la monoplace en perdition de l’Italien Alex Zanardi. Tagliani n’y pouvait à peu près rien. Dans ce cas aussi, les images avaient fait le tour du monde et surtout, le pauvre Zanardi avait perdu ses deux jambes dans la collision.

«J'avais décidé de prendre le bas de la piste et quand lui est apparu, la différence de vitesse était énorme, on parle d'environ 235 milles à l'heure et lui, sa voiture était presque à zéro, s’est-il souvenu. L'arrivée de sa voiture est tellement rapide que c'est juste une question de réflexe, le pilote ne peut pas vraiment penser, donc c'est un instinct. Tu donnes un coup de volant, tu essaies de faire quelque chose. Tout ce que tu as fait, tu ne t'en rappelle même pas, parce que je me suis évanoui sur l'impact.»

Voyez l’entrevue complète en vidéo principale.