/news/society

Hausse des inscriptions à la TÉLUQ

Alex Proteau

Closeup man hands using computer laptop.

Photo Adobe Stock

L’université d’enseignement à distance TÉLUQ, qui existait bien avant la pandémie, a profité du contexte en enregistrant des hausses d’inscriptions de 21 % pour le semestre d’été et de 10 % pour le semestre d’automne.

Professeure au département d’éducation et spécialisée en formation à distance, Cathia Papi constate cet engouement. «Avec la pandémie finalement, ça fait des beaux jours pour la formation à distance, a-t-elle indiqué. Ça fait connaître la TÉLUQ également.»

Selon elle, la formation à distance convient mieux aux étudiants détenant une bonne autonomie. «Il convient de réussir à rester discipliné», a-t-elle expliqué, mentionnant au passage que l’horaire des formations est «atypique» et «libre».

Depuis la pandémie, la TÉLUQ offre une formation aux enseignants et professeurs du primaire à l’université. Commandée par le ministère de l’Éducation pendant la pandémie, la formation préparée par Cathia Papi est gratuite et dure une quinzaine d’heures. Son succès est d’ailleurs international : 170 352 utilisateurs répartis dans 154 pays différents la suivent.

Particularité
Mme Papi pense tout de même que la formation à distance n’est pas faite pour tout le monde. «Ça ne remplacera jamais l’école et les campus du jour au lendemain. Ce n’est pas logique», a-t-elle dit sans détour.

«On ne va pas passer du tout en présence au tout en distance. La formation à distance a toujours été pertinente et va l’être de plus en plus pour un certain nombre de personnes parce qu’on est dans une société où le changement est rapide et les compétences exigées changent rapidement. On n’est plus dans une société industrielle où l’on commence notre carrière dans une entreprise et l’on reste dedans tout le temps», a expliqué Mme Papi.

Celle-ci ajoute que «ce serait une aberration de faire ça à long terme. Ça devient la solution lorsqu’on est confiné et qu’il n’y a pas vraiment de choix pour autant, je ne pense pas que ce soit la formation la plus appropriée pour des enfants. Ils ont besoin de la présence des enseignants».