/news/politics

Le ministre Girard mandate un vérificateur externe

Marc-André Gagnon | Bureau parlementaire

Dans la foulée des révélations de notre Bureau d’enquête, le ministre des Finances, Eric Girard, a commandé un audit externe spécial sur le blanchiment d’argent dans les casinos du Québec. 

• À lire aussi: Le gouvernement doit s’attaquer au blanchiment d’argent

• À lire aussi: Relation trouble entre la mafia et les casinos

• À lire aussi: Des prêteurs usuriers tentent de profiter des joueurs dans les casinos

«Nous voulons que Loto-Québec et nos casinos soient exemplaires en matière d’intégrité et de pratiques, et nous ferons tout ce qui est nécessaire pour que ce soit le cas», a déclaré le ministre Girard, par voie de communiqué, lundi matin. 

Dans de cadre de cet audit indépendant, le vérificateur externe mandaté par le gouvernement devra également s’intéresser sur les programmes de loyauté offerts par Loto-Québec, ainsi que sur le phénomène des prêts usuraires dans les casinos. 

Le vérificateur devra aussi évaluer les procédures et pratiques mises en place pour contrer le blanchiment d’argent et formuler des recommandations pour les améliorer. 

Il passera également au peigne fin les pratiques visant à «préserver l’indépendance des employés et à maintenir un climat de travail sécuritaire» dans les casinos.

Appel d’offres         

Un processus d’appel d’offres en bonne et due forme sera conclu «dans les prochaines semaines», précise le communiqué du ministre des Finances. 

Le ministre a complété ses vérifications au cours de la fin de semaine à la suite des révélations de notre Bureau d’enquête. 

Des dirigeants de la mafia avaient accès à des cartes privilèges, qui leurs donnaient droit à des cadeaux payés pas la société des casinos. 

Le premier ministre avait clairement exprimé son désaccord devant cette pratique. 

Vendredi, le gouvernement laissait entendre qu'on pourrait demander des vérificateurs externes d’aller vérifier les pratiques dans les casinos. 

Réactions         

Insatisfait de la suite donnée par le ministre Girard, le député de Québec solidaire, Vincent Marissal, continue de réclamer la tenue d’une enquête publique. 

«L’annonce du ministre Girard a tous les airs d’une opération de relations publiques pour noyer le poisson», a réagi le député de Rosemont. 

«Ce n’est pas un audit réalisé par un vérificateur externe issu du privé qui va nous permettre d’aller au bout de cette affaire, croit M. Marissal. La moindre des choses, c’est que la haute-direction de Loto-Québec soit suspendue le temps que l’on fasse toute la lumière sur cette situation troublante.» 

Le leader parlementaire péquiste, Martin Ouellet, aurait préféré que le ministre Girard opte pour une approche qui aurait mené au dépôt d’un rapport à l’Assemblée nationale, comme le fait la vérificatrice générale. 

«J'ai l'impression que le gouvernement ne joue pas carte sur table», a réagi 

M. Ouellet, qui juge la démarche du ministre trop opaque.

«Le ministre cache son jeu», a-t-il ajouté. Selon lui, le gouvernement aurait dû en profiter pour s’intéresser aux casinos autochtones, qui échappent à la juridiction de Loto-Québec. 

«On pourrait le faire avec la communauté, a-t-il suggéré. Il y a moyen de ne pas arriver avec des gros sabots et en imposant tout ça.» 

— Avec Alain Laforest, TVA Nouvelles