/sports/homepage

Vendée Globe: secouru dans son radeau de survie au milieu de la tempête

Agence France-Presse

Le skipper français Kevin Escoffier (PRB), monté sur son radeau de survie après une importante voie d'eau sur son bateau, a été récupéré sain et sauf par son compatriote Jean Le Cam (Yes we Cam!), a annoncé mardi l'organisation du Vendée Globe.

«C'est à 2h18 heure française (1h18 GMT) que l’équipe PRB a été informée du sauvetage. Le skipper de PRB est apparu souriant, emmitouflé dans sa combinaison de survie aux côtés de Jean Le Cam», a écrit l'organisateur sur Twitter.

Troisième de la course, Escoffier avait déclenché sa balise de détresse lundi alors qu'il naviguait dans les 40es Rugissants, une zone connue pour ses déferlantes et vents violents.

«Tout a été mis en oeuvre pour retrouver le Malouin ballotté dans son radeau de survie à la frontière avec l'océan Indien, à 600 milles dans le Sud-Ouest du cap de Bonne-Espérance», s'est félicité l'organisateur sur son site, qui a suivi attentivement pendant plusieurs heures la tentative de sauvetage, finalement couronnée de succès.

Alors que Jean Le Cam «progressait à 1,5 noeud dans un vent de 20-25 noeuds sous voilure très réduite (3 ris dans la grand-voile et sans moteur), il a disparu de l'écran et nous l'avons entendu parler. On ne voyait plus personne», raconte Jacques Caraës, le directeur de course, sur le site.

«Puis, quelques minutes après 1h06 TU, soit 2h06 heure française (heure à laquelle il a dû précisément récupérer Kevin à son bord), Jean est redescendu à la table à cartes, puis nous avons vu Kevin arriver dans son dos en combinaison de survie. Ils sont apparus quelques secondes, en forme tous les deux avant que la vidéo ne coupe. Il va bien. Tout le monde va bien. Ils se remettent!», a-t-il ajouté.

Quatre skippers étaient partis lundi à la recherche d'Escoffier. Le Cam avait été le premier à avoir rejoint la zone d'émission de la balise de détresse d'Escoffier, à 17h00 heure française, soit 2 heures après l'alerte.

Les trois autres concurrents invités par l'organisation à se dérouter pour renforcer les recherches étaient Yannick Bestaven (Maître Coq), Boris Herrmann (Seaexplorer-Yacht Club de Monaco) et Sébastien Simon (Arkéa Paprec).

Le Cam avait lui-même été secouru en 2009, au large du Cap Horn après que son bateau se fut retourné. Réfugié à l'avant du bateau à l'envers, il avait été sauvé par Vincent Riou. 

Escoffier, marin très expérimenté âgé de 40 ans, participe pour la première fois au Vendée Globe, à la barre d'un bateau «volant» mais de première génération, sorti des chantiers il y a tout juste 11 ans.

AFP

Fort de ses deux courses autour du monde en équipages avec escales (Volvo Ocean Race) dont une victorieuse en 2018, Escoffier s'est assez vite placé dans le groupe de tête et a pris la troisième place du Vendée Globe pour la première fois dans la nuit de dimanche à lundi.

Lundi matin, lors d'une vacation avec le PC course, il a raconté se préparer à affronter son «premier coup de vent avec 35 nœuds fichier et six mètres de creux».

Il s'agit de la première opération de sauvetage depuis le départ de la course le 8 novembre, qui ne compte que deux abandons sur les 33 participants.