/news/world

3,5 millions de personnes sans télévision après un incendie

Agence France-Presse

Quelque 3,5 millions d'habitants du sud-est de la France se sont retrouvés mardi sans télévision ni radio, à la suite d'un incendie volontaire dans la nuit précédente sur une plateforme de Télédiffusion de France (TDF), près de Marseille.

«Le caractère criminel (de l'incendie) ne fait aucun doute», a déclaré à l'AFP le directeur régional de TDF Sud-Est, Patrice Bargas, évoquant «des traces d'effraction».

L'incendie s'est déclaré, dans la nuit de lundi à mardi, dans la salle d'émission, et s'est propagé à des câbles, ont précisé les pompiers locaux, évoquant aussi la possibilité d'une «intrusion» et d'un «acte malveillant». Une enquête a été ouverte par le parquet d'Aix-en-Provence.

Après l'incendie, la diffusion de 25 chaînes de la TNT (Télévision numérique terrestre) sur 30, et de 19 stations de radios FM, a été interrompue sur un grand quart sud-est du territoire, a précisé TDF. Les chaînes TF1, LCP public sénat, TFX, Energie 12 et TMC ont été épargnées.

Le site, dont une des façades présentait des traces noires dues à la fumée et aux flammes, selon une photographie des gendarmes consultée par l'AFP, abrite aussi des antennes relais de téléphonie mobile.

Des clients des opérateurs Bouygues Télécom, Orange, Free et SFR ont été touchés, mais dans une moindre mesure en raison de la présence d'autres antennes aux alentours.

L'antenne de télévision et radio couvre à elle seule 2,6 millions d'habitants et alimente d'autres émetteurs de la région, ce qui affecte une population encore plus large, a ajouté la même source.

«C'est un de nos sites les plus importants, un centre névralgique, avec une zone de couverture importante du fait de sa position en hauteur», a expliqué M. Bargas de TDF.

Installé depuis 1954 au sommet d'une montagne entourée de chemins de randonnée, à 600 mètres d'altitude, le site est le plus important du Sud-Est et le deuxième de France.

Sans qu'il soit possible d'établir de lien avec cet incendie pour le moment, plusieurs antennes-relais destinées à la 5G ont été incendiées au cours des derniers mois en France, des actions souvent menées par des militants de l'ultra-gauche ou des opposants à la 5G.