/regional/montreal/montreal

Des déchets de casse-croûte partout dans la rue

Camille Lalancette | 24 Heures

Des clients du restaurant Paulo et Suzanne, une renommée cantine de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, jettent leurs déchets dans la rue, au grand dam des résidents du secteur.

Le Montréalais Jean Blouin est exaspéré que son quartier devienne un «dépotoir», selon ses mots. «C’est un quartier résidentiel. Il y a une école à l’intersection et une résidence pour personnes âgées juste devant. C’est vraiment sale ici», a-t-il dit en faisant référence aux alentours du casse-croûte situé au coin de la rue Fréchette et du boulevard Gouin.

«Les gens reçoivent des boites de styromousse, ils enlèvent le sac et il y a toutes sortes d’ustensiles et de produits d’accompagnement, ça tombe par terre, a-t-il déploré. Moi, j’en ai trouvé dans mon entrée. Il y en a partout. Écoutez, c’est dégueulasse.»

Le responsable des réseaux sociaux de Paulo et Suzanne, David Betito, trouve la situation malheureuse, mais croit que ses recours sont minces.

«De la sensibilisation, je vais en faire sur les réseaux sociaux, a-t-il expliqué. On va ajouter une quatrième poubelle dans le stationnement. Mais on ne peut pas être restaurateur et police en même temps.»

Selon M. Betito, la clientèle se déplace en périphérie du restaurant et elle ne mange pas toujours dans le stationnement. «Si on met une poubelle de plus dans le stationnement, est-ce qu’ils vont revenir jeter leurs déchets?» se demande-t-il.

Pandémie

L’arrondissement croit que les problématiques surviennent en raison de la pandémie de la COVID-19. Avec la fermeture des salles à manger, les gens doivent tous sortir du restaurant avec des contenants pour emporter.

«Le contexte pandémique actuel est à la base de l’enflure de ce problème-là. On entendait parler du problème, mais de façon marginale. Avant les gens allaient dans la salle à manger et jetaient leurs déchets avant de partir», a expliqué Richard Blais, chef de division à l’urbanisme, permis et inspections de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

Il faut que les gens se conscientisent et ramassent leurs déchets, a affirmé M. Blais.

«Nous voulons mettre de l’affichage public pour inciter les gens à faire preuve de civisme et à ne pas laisser leurs déchets par terre et nous allons passer plus souvent pour ramasser ce qui traine dans la rue», a-t-il assuré.

Tard dans la nuit

La cantine est ouverte dès 11 h tous les jours et ferme à 2 h, sauf les vendredis et les samedis où le dernier service est à 3 h.

Jean Blouin et quelques citoyens contactés par téléphone observent que c’est surtout après 23 h qu’il y a plus de problèmes.

«Tout le monde fait des demi-tours dans la rue, ils se rejoignent vers 2-3 h du matin. Ce qu’on voudrait, c’est de simplement retrouver une tranquillité», a confié Xavier Harmel, un résident de la rue Fréchette.

«À l’heure où on devrait avoir une situation tranquille, ça commence, a ajouté M. Blouin. À partir de 23 h, il y a des gens qui circulent, qui klaxonnent, qui parlent fort, qui se stationnent partout, qui tournent dans nos entrées.»

Le chef de division à l’arrondissement a assuré avoir alerté la police de Montréal et a dit que des travaux publics s’opéreront sur une base quotidienne pour balayer la rue.

Sur le site du restaurant, il y a trois poubelles, deux près du stationnement appartenant à Paulo et Suzanne, l’autre à l’angle du boulevard Gouin et de la rue Fréchette appartenant à la Ville de Montréal.