/news/coronavirus

Des étudiants ne comprennent pas l'utilité des examens en présentiel

TVA Nouvelles

La fin de session en fait voir de toutes les couleurs aux cégépiens et universitaires.

Le fait que plusieurs établissements scolaires décident d’alterner entre les examens à distance et en présentiel ajoute au stress de plusieurs étudiants.

• À lire aussi: Nous, les étudiants, sommes les oubliés de cette pandémie

«D'exiger que certains soient en présentiel, alors que d'autres peuvent être à distance, ça n’a pas beaucoup de sens», mentionne une étudiante.

Anne-Sophie Guérin, étudiante à l’École Polytechnique de Montréal, mentionne que les examens en présentiel briseraient le contrat moral du gouvernement à l’approche des Fêtes.

«J’ai vraiment limité mes contacts au minimum, avec la pandémie et tout ça. Puis, là, je suis comme obligée de casser ce confinement-là pour aller faire mes examens finaux», lance-t-elle.

La députée du Parti québécois, Véronique Hivon, a dénoncé les décisions du gouvernement Legault sur ce dossier.

«Ce qu'on demande au gouvernement, c'est une ligne commune, transversale. C'est une compétence transversale qu'on demande au gouvernement. C'est d'être plus dans la planification, moins dans l'improvisation et la communication» lance-t-elle.

On a demandé quand même aux établissements, le plus possible, ou bien de devancer les examens avant le 17 décembre, évidemment, ou bien de les faire à distance. Alors, c'est à géométrie variable et chaque établissement est autonome.

La semaine dernière, le Collège Dawson comptait toujours faire venir ses étudiants sur le campus pour les examens, ce qui a beaucoup fait réagir l'association étudiante. L’établissement a changé d'idée en effectuant la grande partie de ses examens en ligne.

«On va être honnête, beaucoup d'étudiants pourraient tricher en ligne... Ça pourrait affecter les notes», a toutefois nuancé un élève.