/regional/montreal/montreal

L'élue responsable du SPVM quitte le comité exécutif

Elsa Iskander | 24 Heures

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Cela survient alors que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) se trouve fréquemment sous le feu des projecteurs pour son traitement des minorités et que des voix s'élèvent pour demander qu'on coupe son budget. Rosannie Filato, une élue du parti Projet Montréal de la mairesse Valérie Plante, quitte son siège au comité exécutif. Elle demeure toutefois au sein du parti et continue d'occuper ses fonctions de conseillère municipale du district Villeray. 

Elle quitte par sa propre volonté et n’est pas éjectée, d’après le cabinet de Mme Plante. «La décision de Rosannie est personnelle et mûrement réfléchie. La mairesse la soutient dans son choix de poursuivre son engagement citoyen autrement», indique Geneviève Jutras, attachée de presse de la mairesse.

«Il est vrai que ces trois dernières années ont passé très rapidement. Il est aussi vrai qu’il y a présentement un contexte, disons-le, hors du commun en arrondissement qui complexifie la réalisation de certains projets. La pandémie, bien sûr, limite les contacts en personne avec les citoyens et nécessite un ajustement de nos façons de faire», a dit Mme Filato, mardi matin, dans une déclaration publiée via Facebook. «Ce faisant, je vous informe de ma décision à l’effet que mon rôle de conseillère de ville dans Villeray soit central à mon implication politique, et ce, jusqu’au dernier jour de mon mandat en 2021. 

Conséquemment, j’annonce aussi que je quitte mes fonctions de responsable de la sécurité publique au Comité exécutif.» Ce dossier sera confié à une de ses collègues mercredi, d'après Mme Filato.

👩🏼‍⚖️ En 2017, j’ai pris une pause de ma profession d’avocate pour me lancer en politique active. Depuis trois ans...

Publié par Rosannie Filato Villeray sur Mardi 1 décembre 2020

Pas candidate

Candidate pour le Nouveau parti démocratique aux élections fédérales de 2015, Mme Filato n'était pas parvenue à se faire élire dans la circonscription de Saint-Léonard-Saint-Michel. Élue pour la première fois aux élections municipales de 2017, elle ne se représentera pas non plus au prochain scrutin. L’avocate de formation retourne au droit du travail.

«Pour moi, la réduction des inégalités et l’amélioration des conditions de vie passent avant tout par un emploi décent. Dans ce contexte, je retournerai aux TUAC section locale 500 pour me consacrer à nouveau à la représentation des travailleuses et des travailleurs dans le domaine de l’alimentation et du commerce de détail», a écrit l’élue.

Dossier épineux

Mme Filato avait été désignée responsable du développement social au comité exécutif avant de porter le dossier de la sécurité publique depuis avril 2019. Sa démission est-elle reliée aux nombreux enjeux épineux qu'elle doit défendre? Rejointe par texto, l'élue n'a pas commenté.

Le sujet du traitement des minorités par les policiers montréalais est revenu sur le tapis à plusieurs reprises alors qu'un rapport indépendant avait dévoilé à l’automne 2019 que les minorités visibles étaient plus souvent interpellées par les policiers que les personnes blanches. Le corps de police a depuis adopté une politique sur les interpellations policières, jugée décevante par des élus de l’opposition et des groupes sociaux.

Après le décès de George Floyd aux États-Unis aux mains d’un policier blanc, des voix se sont aussi élevées à Montréal pour réclamer une réduction du budget du SPVM et un réinvestissement dans les services sociocommunautaires. La mairesse Plante a fermé la porte pour le moment, soutenant qu'on ne peut pas se permettre un bris de service en temps de pandémie.

Par ailleurs, la fusion du poste de quartier de Notre-Dame-de Grâce avec celui Côte-Saint-Luc avait suscité de nombreuses réactions de citoyens mécontents. Une autre fusion entre les postes de quartier de Villeray et Parc-Extension est envisagée.