/regional/montreal/montreal

Postes de police à Montréal: pas de fusion sans consultation, demande l’opposition

Elsa Iskander | 24 Heures

GEN-SPVM-POLICE

Joël Lemay / Agence QMI

La fusion des postes de police de quartier à Montréal, situés dans Parc-Extension et Villeray, doit être mise sur la glace, selon Ensemble Montréal, qui s’oppose à toute fusion sans consultation citoyenne préalable.

Le principal parti d’opposition à l’hôtel de ville de Montréal réclame de l’administration Plante qu’elle impose au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) un «moratoire, effectif immédiatement, sur toute décision de fermer, de fusionner ou d’intégrer des postes de quartier».

Cette intégration des postes de quartier (PDQ) 33 et 31, possiblement en 2021, serait en discussion entre le SPVM et les élus locaux.

Une motion d’urgence en ce sens sera déposée à la prochaine réunion du Conseil municipal, soit dans deux semaines.

«Nous nous opposons à cette fusion comme nous nous sommes opposés à celle de Notre-Dame-de-Grâce», a déclaré mardi le porte-parole de l’opposition en matière de sécurité publique, Abdelhaq Sari.

Rappelons que la décision de fermer cet automne le poste de quartier (PDQ) 11 de Notre-Dame-de-Grâce et de le fusionner au PDQ 9 de Côte-Saint-Luc avait suscité de nombreuses réactions de citoyens mécontents.

Consultation

La motion exige aussi que «la Ville de Montréal s’oppose à toute fusion ou intégration de ses postes de quartier sans consultation citoyenne préalable».

L’opposition souhaite également que la Commission sur la sécurité publique tienne le plus rapidement possible une consultation publique sur le Plan d’organisation policière avant d’apporter quelconque changement au schéma de couverture de services policiers et des postes de quartier.

«On ne devrait pas traiter ces dossiers-là à la pièce», a fait savoir M. Sari.

«Le plus important, c’est le service au citoyen», crois l’élu d’Ensemble Montréal, qui se questionne sur l’impact possible d’une fusion des PDQ 31 et 33. Les motivations derrière une fusion doivent aussi être expliquées à la population, selon lui.

«Le poste de quartier ce n’est pas juste un lieu de rencontre, c’est un lieu très important pour les citoyens et citoyennes, et aussi pour les groupes communautaires parce que ça leur donne un sentiment d’un service de proximité venant des agents du SPVM», a fait savoir M. Sari.

Ce dernier a déploré le manque de transparence dans ce dossier, affirmant qu’il n’y a pas eu de consultation en amont des organismes et que les élus ne sont pas adéquatement informés de la situation.

Espace adéquat

Interrogé sur la fusion de ces postes de police, le SPVM a redirigé le journal «24 Heures» au cabinet de la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

«En juin dernier, le PDQ 33 a dû déménager d’urgence et a été temporairement relocalisé au centre opérationnel nord à l’intersection Crémazie/Saint-Hubert. Le PDQ 31 se trouve présentement dans le chalet du parc Jean-Paul II situé au parc Jarry, lequel a un taux de vétusté assez élevé», a indiqué Laurence Houde-Roy, attachée de presse du comité exécutif.

«Afin de continuer à assurer la sécurité publique des résidents de Villeray et de Parc-Extension, de trouver un lieu adéquat pour loger nos policières et policiers et de permettre aux citoyennes et citoyens de se réapproprier éventuellement les espaces du chalet, la Ville et les élu.es de l'arrondissement envisagent une intégration des PDQ 31 et 33 dans un nouveau lieu adapté et accessible», a expliqué Mme Houde-Roy, assurant que la population sera tenue au courant des prochaines étapes.