/finance/homepage

Des restaurateurs veulent rouvrir leurs portes pour les Fêtes

Elisa Cloutier | Journal de Québec

À l’aube du temps des Fêtes, une poignée de restaurateurs de Québec ont tenu à se faire entendre devant l’Assemblée nationale mercredi après-midi, réclamant la réouverture de leur établissement. 

• À lire aussi: Réduire les frais de livraison de repas

• À lire aussi: User de créativité pour sortir du lot

• À lire aussi: Forte demande pour les livraisons

Visiblement découragés par cette décision gouvernementale qui «s’étire» maintenant jusqu’au 11 janvier, près de 150 travailleurs du domaine de la restauration ont manifesté mercredi après-midi, demandant au gouvernement de revoir sa décision. 

«Moi, je suis un vieux restaurateur. J’avais un peu d’économie, mais c’est un coup très dur pour les jeunes [restaurateurs]. Ça me préoccupe», a indiqué Nicolas Cortina, propriétaire du restaurant Michelangelo. «Je les vois [les jeunes employés qui travaillent pour lui] désemparés. Malheureusement, ils [le gouvernement] leur ont coupé les jambes en faisant ça», a-t-il ajouté. 

Pertes importantes

Le restaurateur d’expérience admet avoir perdu plus de 350 000 dollars depuis le début de la pandémie. «C’est beaucoup d’argent», a-t-il indiqué. 

De son côté, le propriétaire du restaurant Tomas Tam chiffre ses pertes à près de 20 000$ par mois, depuis le mois de mars. «Le problème, c’est les frais fixes, qui sont tellement élevés. Même avec le takeout, ça ne suffit pas, ce n’est pas rentable», a affirmé M. Tam, qui a d’ailleurs récemment été forcé de fermer une de ses deux succursales en raison de la pandémie. 

«Injustice»

Selon M. Cortina, le fait que les centres d’achats soient eux toujours ouverts est une «injustice». 

Une opinion d’ailleurs largement partagée par ses confrères. «C’est triste de voir que nous sommes [les restaurateurs] classés comme étant une zone précaire où on peut attraper la Covid, tandis que si on va dans les magasins de grandes surfaces, nous sommes en toute sécurité», a déploré pour sa part François Petit, propriétaire du restaurant Portofino. 

«Nous sommes habitués de travailler avec le MAPAQ et nous respectons les règles de distanciation. Avec toutes les mesures que nous avons implantées, je ne pense pas que ce soit plus dangereux [les restaurants] que les centres d’achats», a ajouté M. Tam.