/finance/homepage

GardaWorld augmente son offre pour G4S

Emmanuel Martinez | Agence QMI

ARG-CONFÉRENCE GARDA

Photo Agence QMI, Michel Desbiens

La multinationale québécoise GardaWorld a bonifié son offre pour acheter la compagnie britannique G4S qui œuvre dans le même domaine.

La compagnie de services de sécurité basée à Montréal propose maintenant de payer 235 pence comptant par action pour un total de 3,68 milliards de livres (6,35 milliards $ CAN). C’est nettement davantage que sa première offre faite en septembre de 190 pence par action et que celle de sa rivale Allied Universal Security Services, déposée début novembre, à 210 pence par action. Ces deux propositions avaient été rejetées par G4S qui affirmaient qu’elles la «sous-évaluaient significativement».

GardaWorld a souligné mercredi que le prix proposé est 130 % plus élevé que le prix de l’action de G4S du 12 juin dernier quand elle a fait ses premières amorces pour acquérir la compagnie britannique. Et que c’est 61 % supérieur au prix du 11 septembre dernier, tout juste avant le début de la période qui a mené à sa première offre du 30 septembre.

«Les actionnaires ont un choix simple: rester investi dans une compagnie qui les a sans arrêt floués, ainsi que la communauté en général, pour tant d’années ou capitaliser leurs avoirs en argent, avec une prime vraiment attrayante et significative», a affirmé Stephan Crétier, président et chef de la direction de GardaWorld, dans un communiqué publié en anglais.

Le fondateur de GardaWorld n’a pas été tendre envers la direction de G4S pour qui il a déjà eu des mots très durs.

«G4S a été constamment affaiblie par la haute direction qui a détruit environ 1 milliard de livres en valeur depuis les sept dernières années, gaspillés des millions en restructuration qui n’ont rien fait pour améliorer les marges et en poursuivant une politique de dividende propulsé par des dettes et la liquidation d’actifs au rabais», a ajouté M. Crétier.

GardaWorld a précisé que cette offre valide jusqu’au 16 décembre était «finale» et qu’il n’y aurait pas une autre version plus généreuse financièrement.

La direction de G4S a affirmé mercredi qu’elle étudiait la nouvelle initiative de GardaWorld. Elle a rappelé qu’elle est toujours en discussion avec Allied Universal Security Services, qui est en partie détenue par la Caisse de dépôt et placement du Québec. Cette entreprise américaine a jusqu’au 9 décembre pour faire une offre ferme si elle est toujours intéressée par G4S.