/finance/homepage

Peu d’acceptabilité sociale pour GNL Québec, selon un sondage

Julien Garon-Carrier | Agence QMI

Photo courtoisie

Près d'un Québécois sur deux s'oppose au projet de gazoduc GNL Québec et une majorité se dit contre une participation financière des gouvernements dans le dossier, selon un récent sondage réalisé pour le compte d'organismes environnementaux.

• À lire aussi: Plan vert : la CAQ manque d’ambitions, dit l’opposition

• À lire aussi: Les Québécois les plus favorables aux énergies vertes

• À lire aussi: GNL/Gazoduq: 48 associations étudiantes exigent l’arrêt du projet

Le coup de sonde, effectué par la firme Léger sur le web auprès de 1000 répondants du 20 au 22 novembre, indique que 46 % des Québécois y sont défavorables et que 34 % y sont favorables. Une partie non négligeable des répondants, soit 21%, a refusé de répondre à la question.

Annoncé par Énergie Saguenay en 2014, GNL Québec, un mégaprojet industriel estimé à 9 milliards $, prévoit la construction d’un gazoduc qui circulerait de l’Abitibi au Saguenay, ainsi que la mise en place d’une usine de liquéfaction de gaz naturel dans le port de Saguenay. Le projet est actuellement examiné par le Bureau des audiences publiques sur l’environnement (BAPE) qui a mis fin à ses séances publiques le mois dernier. Au total, 2586 mémoires lui ont été remis. Son rapport doit être soumis au ministre au plus tard le 13 janvier.

Selon le sondage, les plus jeunes parmi les répondants – les 18-24 ans - s’inscrivent particulièrement en faux contre le projet, à hauteur de 60 %. Les personnes de 55 ans et plus s’y opposent aussi dans une proportion notable, soit 50 %.

Des 502 femmes consultées, uniquement 24 % d’entre elles appuient le projet, alors que les hommes confèrent leur approbation à GNL Québec dans une proportion de 44 %.

D’un point de vue géographique, les sondés de la Région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal désapprouvent le projet à hauteur de 50 % et l’approuvent à 29 %, ceux de la RMR de Québec le désapprouvent à 42 % et l’approuvent à la hauteur de 38%, et le reste du Québec se partage entre 41 % de répondants défavorables et 39 % de répondants favorables.

Frileux sur l’utilisation des fonds publics 

Uniquement 28 % des sondés se sont dit en faveur d’une participation financière des gouvernements dans GNL Québec, et 54 % ont rebuté l’utilisation des deniers publics. Fait intéressant dans le contexte, seulement 31 % des participants avaient déjà entendu parler du projet avant le sondage.

Le sondage a été commandé par Nature Québec, Eau Secours, la CEVES (Coalition étudiante pour un virage environnemental et social), Équiterre, Greenpeace et le RVHQ (Regroupement vigilance hydrocarbures Québec).