/news/society

Sommeil irrégulier des nourrissons: pas d’inquiétude à y avoir, selon une étude de McGill

Agence QMI

Les parents ne devraient pas être inquiets si le cycle du sommeil de leur bébé est irrégulier six mois après leur naissance.

Selon une étude de l’Université McGill, les nourrissons ne vont pas nécessairement commencer à faire leurs nuits à cet âge, comme le veut la croyance populaire.

L’«acquisition du sommeil» devrait davantage être vue comme un processus plutôt que comme une étape devant être franchie à un âge précis, selon Marie Hélène Pennestri, professeure adjointe au Département de psychopédagogie et de psychologie du counseling à l’Université McGill et chercheuse à l’Hôpital en santé mentale Rivière-des-Prairies.

Pour en arriver à la conclusion que le cycle du sommeil varie selon chaque nourrisson - et même pour chaque bébé d’une nuit à l’autre -, l’équipe de la professeure Pennestri a analysé le cycle du sommeil de 44 nourrissons avec l’aide des parents, qui ont eu à tenir un journal de bord des périodes de sommeil.

Les résultats publiés récemment dans la revue «Sleep Medicine» ont montré que sur une période de deux semaines, la moitié des bébés de six mois n’ont pas dormi huit heures d’affilée une seule fois, a-t-on indiqué mercredi, par communiqué.

De plus, les parents ont noté que leur bébé dormait six heures d’affilée pendant environ cinq nuits et huit heures d’affilée pendant environ trois nuits.

«Bien que des études antérieures aient démontré que les jeunes enfants commençaient à faire leurs nuits à différents stades du développement, on connaît peu de choses sur le cycle du sommeil d’un bébé au fil des nuits», a dit la professeure Pennestri.

L’allaitement et le partage du lit avec le bébé, selon l’étude, ont un lien «avec une plus grande variabilité du cycle du sommeil d’une nuit sur l’autre», a-t-on aussi expliqué, en mettant en perspective qu’en dormant avec leur nourrisson, les parents sont plus susceptibles de s’apercevoir quand ceux-ci se réveillent.

«Les parents sont souvent exposés à de nombreuses informations contradictoires au sujet du sommeil de leur nourrisson. Ils ne devraient pas s’inquiéter si leur bébé ne fait pas ses nuits à un âge donné, car le cycle du sommeil varie énormément durant la petite enfance», a relaté la Dre Pennestri.

«L’une des pièces maîtresses du casse-tête consiste à comprendre les perceptions et les attentes des parents à l’égard du sommeil de leur bébé. Dans le cadre d’un autre projet de recherche, nous souhaiterions étudier ce que signifie réellement “faire ses nuits” pour les parents», a-t-elle conclu.