/news/coronavirus

Comment garder le moral face à l’annulation des rassemblements?

TVA Nouvelles

La décision de Québec d’annuler tous les rassemblements pour Noël a fait mal à plusieurs citoyens.

Alors que certains espéraient enfin pouvoir se réunir en famille pour la première fois depuis quelques mois, ces derniers devront encore ronger leur frein. 

• À lire aussi: Les réponses à vos questions sur l'annulation des rassemblements du temps des Fêtes

• À lire aussi: Pas de rassemblements durant les Fêtes en zone rouge

Comment affronter ces durs mois d’hiver en restant seul chez soi?

Selon le psychologue Gilles Vachon, il est bien normal que les Québécois se sentent déçus, voire frustrés de la décision du gouvernement.

«J’appelle ça le syndrome du suçon. On n’explique pas à un enfant, alors qu’on s’apprête à un lui mettre un suçon dans sa bouche, qu'on a changé d’idée et on lui explique pourquoi ce n’est pas bon pour la santé», a-t-il lancé, jeudi.

Une étude démontre d’ailleurs une hausse du désespoir et des pensées suicidaires chez les citoyens depuis le début de la pandémie. 

«Les limites finissent par vous limer le moral, et ce, à petites doses. C’est le supplice de la goutte. On vit une accumulation et on devient très à cran. On voit des ennemis partout», raconte M. Vachon.

Le psychologue ajoute que ces frustrations sont malheureusement nécessaires si les gens souhaitent que cette pandémie prenne fin.

«Pour que ça finisse, il faut en faire encore un peu. Oui c’est désespérant, mais j’ai envie de vous dire qu’une frustration, c’est ce qui crée la solidité. Donc, il faut s’aimer à travers tout ça et continuer!»