/news/coronavirus

«Il faut comprendre qu’il y a un réel danger»

TVA Nouvelles

Déçue comme beaucoup de Québécois de l’annulation des rassemblements pendant le temps des Fêtes, l’urgentologue Mélissa Ranger dit cependant comprendre la décision du gouvernement Legault.

«Je fais partie des gens qui sont tristes, mais en même je suis dans le domaine médical et je comprends la décision. Ça demeure une très bonne décision», a dit celle qui exerce à l’hôpital Charles-Le Moyen de Longueuil en entrevue à LCN.

La docteure Ranger a expliqué que la situation était déjà difficile dans plusieurs centres hospitaliers de la province et que les rassemblements pourraient aggraver le tout.

«Présentement (...) on manque de personnel de façon importante, tant au niveau des urgences que des salles d’opération, pour plein de raisons (...) On manque aussi d’espace: on a des éclosions, on a des lits fermés, on a des personnes très malades. On a aussi encore du rattrapage de toutes les chirurgies qui avaient été reportées pendant la première vague», a-t-elle détaillé.

«On joue un peu à Tetris pour trouver des lits d’hospitalisation pour nos patients. On est surchargé. C’est certain que si le niveau d’hospitalisation monte en flèche, il y a une inquiétude qu’il y ait une rupture de certains services et qu’on soit vraiment mal pris.»

Elle a redit l’importance d’être vigilant face au virus qui circule, même si certains ne s’en rendent pas compte.

«C’est sérieux. Je demande aux gens, un peu comme le premier ministre le disait cet après-midi, d’avoir le sens des responsabilités. Il faut comprendre qu’il y a un réel danger. Des fois on ne s’en rend pas compte, on ne le voit pas, mais le virus est là», a-t-elle lancé.

«Ça serait difficile pour une personne de vivre avec la culpabilité d’être allé avoir grand-maman et qu’elle décède des complications de la COVID. Il faut être sensibilisé à ça: le virus peut être très dangereux pour plusieurs clientèles vulnérables. C’est important, si on veut pouvoir fêter d’autres Noëls dans les prochaines années, d’être prudent, de suivre les consignes et de nous aider dans le système de la santé pour qu’on puisse tous passer à travers.»

Voyez le reste de son entrevue dans la vidéo ci-dessus.