/news/currentevents

Jeunes pêcheurs disparus : «Nos fils nous ont été arrachés par la vie»

TVA Nouvelles

Près de trois semaines après la disparition de jeunes pêcheurs dans le lac des Deux-Montagnes, leurs familles lancent un appel à l’aide afin de retrouver leurs dépouilles.

• À lire aussi: Disparitions des pêcheurs: des bénévoles localisent «des masses» au fond de l’eau

• À lire aussi: Pêcheurs disparus: les recherches suspendues pour la nuit

Antoine Paquin et Dylan Auger, 22 ans, se seraient vraisemblablement noyés durant une partie de pêche en chaloupe le 14 novembre dernier.

Les recherches menées par la Sûreté du Québec (SQ) dans les jours qui ont suivi ont notamment permis de retrouver l’embarcation des deux amis, mais pas leurs corps.

Antoine Paquin

Photo tirée de Facebook

Antoine Paquin

Dylan Auger

Photo tirée de Facebook

Dylan Auger

Après plusieurs journées passées sur le lac des Deux Montagnes, la SQ a décidé d’abandonner les recherches la semaine dernière.

Des bénévoles ont ensuite poursuivi les recherches et, à l’aide d’un sonar, ils auraient localisé des masses dans l’eau. Les plongeurs de la SQ sont donc retournés à cet endroit, mardi, mais encore une fois, les recherches se sont avérées vaines.

Insoutenable pour les proches    

Pour les proches des jeunes de 22 ans, la situation est insoutenable. 

«C’est un cauchemar! Nos fils nous ont été arrachés par la vie, et on ne les retrouve pas. Dans nos têtes, ça ne se peut pas que ça soit arrivé, on n’a rien de tangible encore. Donc c’est extrêmement difficile, c’est atroce», explique Judith Besner, la mère de Dylan Auger. 

Le beau-père de Dylan, Éric Labrecque, poursuit dans le même sens.

«Il n’y a pas de responsable, c’est un accident bête, ils ont été piégés», exprime M. Labrecque. «Ils étaient en bonne santé, c’est des bons gars, ils étaient toujours là pour tout le monde. Ils n’auraient jamais lâché, et on ne lâchera pas», assure-t-il en entrevue à la journaliste Marie-Anne Lapierre de TVA Nouvelles.

La douleur est aussi vive pour la famille d’Antoine Paquin.

captures d'écran | TVA Nouvelles

«La glace n’est pas là. Ça nous donne une fenêtre pour aller les chercher. Puis on ne peut pas lâcher comme parent», soutient la mère d’Antoine, Julie Lafond. «On continue, tant que c’est possible. On demande de l’aide», lâche-t-elle avec la voix brisée par l’émotion.

La Sûreté du Québec était de retour sur les lieux jeudi matin dans l’espoir de retrouver les jeunes hommes.  

captures d'écran | TVA Nouvelles

 Le cri du cœur des parents a été entendu : le maire de la municipalité d’Oka a fait savoir que ses pompiers allaient débarquer avec des embarcations afin de poursuivre les recherches. 

Dans la même catégorie