/news/coronavirus

Annulation des soupers de Noël: Carmant mobilise les services sociaux

Conscient que l’annulation des rassemblements de Noël annoncée jeudi par François Legault «a bouleversé beaucoup de monde», le ministre Lionel Carmant fait appel aux services sociaux pour prendre des nouvelles des plus vulnérables.  

• À lire aussi: Mélange d’émotions entourant l’interdiction de rassemblement aux Fêtes

• À lire aussi: Pandémie: «Les trois prochains mois vont être les pires»

• À lire aussi: Pas de rassemblements durant les Fêtes en zone rouge

«Je comprends qu'hier, ça a bouleversé beaucoup de personnes, surtout les personnes qui sont seules», a reconnu en chambre le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux.  

En conséquence, M. Carmant a demandé à son ministère de veiller à ce que chaque personne inscrit à un programme d’aide psychosociale soit contactée « et ce, de façon hebdomadaire ».  

Sa requête vise également tous ceux qui sont en attente d’une admission à ce type de programme, ainsi que les aînés qui bénéficient du programme-services Soutien à l'autonomie des personnes âgées (SAPA).  

«Ça, c'est plus de 800 000 appels qui sont faits pour s'assurer de la santé psychologique et santé mentale de tous ces individus», a estimé le ministre Carmant.  

QS réclame un «nouveau contrat moral»   

Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a proposé vendredi au gouvernement d’offrir «un nouveau contrat moral» aux Québécois.  

«Ce qu'on demande au gouvernement du Québec, c'est de prendre des mesures spéciales, extraordinaires, dans les prochaines semaines, pour venir en aide aux Québécois et aux Québécoises. C'est ça, un nouveau contrat moral: que les gens respectent les consignes, mais qu'en retour, le gouvernement les aide à passer au travers», a expliqué le député de Gouin.  

Pour la cheffe libérale Dominique Anglade, annuler les festivités de Noël, c’était «la chose à faire dans les circonstance», a-t-elle indiqué.  

«Les Québécois sont déçus, ils ont raison, et le premier ministre a admis que l'annonce du contrat moral était une erreur», a noté Mme Anglade, en rappelant que l’entrée en vigueur de mesures sanitaires plus sévères pour encadrer le magasinage survient une semaine après le Vendredi fou, donc une semaine trop tard. 

Espoirs déçus  

«Il y a eu du laxisme, on a dormi un peu sur la question des centres d'achat», a indiqué à son tour le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, qui croit que M. Legault a été imprudent avec son plan de Noël. 

«Ce n'est pas normal de jouer avec les espoirs des gens alors qu'on n'a pas les chiffres puis on n'est pas en mesure de prendre ces décisions-là. Ce n'est pas prudent du tout», a-t-il déploré. 

En entrevue avec Le Journal, le Dr Gilles Julien, un pédiatre qui œuvre auprès des plus vulnérables, a abondé dans le même sens. 

«On ne manipule pas une population comme ça. Une psychologue serait la bienvenue dans l’équipe du gouvernement pour arrondir leurs coins», a critiqué Dr Julien, qui constate «un manque flagrant de psychologie» dans l’entourage du premier ministre.  

De l’aide accessible 24/7  

Dans un échange de courriels avec notre Bureau parlementaire, la présidente du Regroupement des centres de prévention du suicide du Québec, Lynda Poirier, a tenu à rappeler que des services d’intervention demeurent accessible partout au Québec, 24/7. 

«En ce moment, les centres de prévention du suicide du Québec reçoivent en moyenne 20% plus d’appels depuis le mois de septembre», a rapporté Mme Poirier. Selon elle, il s’agit d’une «bonne nouvelle», puisque «les gens demandent de l’aide», a-t-elle observé. 

«On rejoint un intervenant en tout temps au 1 866 APPELLE», a rappelé celle qui est aussi directrice générale du Centre de prévention du suicide de Québec. 

- avec la collaboration de Anne-Sophie Poiré, Le Journal de Montréal

Dans la même catégorie