/news/culture

Harmonium sans paroles, mais tout en musique

TVA Nouvelles

Les projets entourant Harmonium se succèdent depuis quelques années et on ajoute maintenant l'album double symphonique «Histoires sans paroles».

Après «Harmonium XLV», «L'Heptade XL», «Deux cents nuits à l'heure XL» et «Serge Fiori, Seul Ensemble» avec le Cirque Eloize, le répertoire du légendaire groupe Harmonium renaît en mode symphonique.

«C'est un univers que Simon a créé, tu es sur une autre planète. Et qui m'a fait du bien. Je me perds dans cet album-là. C'est un travail remarquable», explique Serge Fiori, auteur-compositeur-interprète. 

Il fait référence à Simon Leclerc qui signe les arrangements de ces chefs-d’œuvre de la musique québécoise. La réalisation de cet album s’est faite sous la direction artistique de Nicolas Lemieux.

Pour toute l'équipe, dont les quelques 70 musiciens sous la direction de Maestro Leclerc, l'enregistrement de ces 140 minutes de musique fut complexe pour plusieurs raisons.

«En temps de pandémie, il faut que les musiciens soient à six pieds l'un de l'autre, alors faire agrandir la scène de la Maison symphonique, l'élargir. Et avoir les meilleurs ingénieurs de son, parce que c'est une prise de son particulière. J'avais mon masque, puis il était mouillé. Je pleurais, je pleurais tout le temps», ajoute M. Fiori.

Cet album est finalement arrivé beaucoup plus tard que prévu, confie l’auteur-compositeur-interprète.

«Ç’a pris 45 ans et je suis bien content parce que le talent est extraordinaire. C'est venu sceller quelque chose en moi. Puis, je te jure, là, je ne comprends pas comment j'ai écrit ça et je ne sais pas que j'ai écrit ça. Ça donne une toute autre harmonie», insiste-t-il.

«Tout a été choisi minutieusement, qu'on parle de la musique, mais aussi juste de la pochette, avec Riopelle. On était tous isolés, même entre nous autres, mais ça donnait comme un désir de faire du bien», précise Nicolas Lemieux, directeur artistique.