/news/culture

«Ammonite»: «Nous voulions montrer la rencontre de deux corps» - Saoirse Ronan

Isabelle Hontebeyrie | Agence QMI

Dans «Ammonite» de Francis Lee, l’Irlandaise Saoirse Ronan, vue l’an dernier dans «Les quatre filles du docteur March», incarne Charlotte, une Britannique que son mari confie à Mary Annning (Kate Winslet), une paléontologue dont elle tombe amoureuse. L'actrice revient sur ce rôle, son amour des films d’époque et le tournage d’une scène explicite avec Kate Winslet.

• À lire aussi: «Ammonite»: les amours tristes

• À lire aussi: Kate Winslet, la reine des films d’amour

«J’étais en plein tournage des "Quatre filles du docteur March" quand j’ai reçu le scénario d’"Ammonite"», dit-elle lors d’une entrevue avec l’Agence QMI. Kate Winslet a immédiatement pensé à elle en lisant le script, une vision partagée dès le départ par le cinéaste et scénariste Francis Lee. «Le personnage [de Joe] était tellement exubérant... J’essaye de ne jamais trop me répéter [dans les rôles que je choisis] et j’ai été attirée par ce projet plus petit, plus intime, plus calme», explique-t-elle.

Outre le fait de travailler avec Francis Lee et Kate Winslet - que Saoirse Ronan, 26 ans, avait déjà rencontrée et en qui elle avait confiance -, c’est le fait «que lorsqu’on fait la connaissance de Charlotte, elle n’est plus que l’ombre d’elle-même. Elle est vide. Elle vient de vivre une tragédie, une espèce de traumatisme et elle est encore en convalescence, elle s’est engourdie. Je n’avais jamais joué quelqu’un comme elle avant et à fortiori une femme qui vient de perdre son enfant.»

Anecdote amusante, l’actrice ne connaissait pas Mary Anning, une paléontologue ayant réellement existé, mais dont on sait peu de choses sur sa vie privée. «C’est un enfant de 10 ans, passionné par les fossiles, qui m’a appris qui elle était!», confie-t-elle.

Montrer l’amour

«C’est drôle parce que ma filmographie comprend tellement de films d’époque alors qu’il s’agit d’un hasard. C’est un genre que j’aime énormément. Plus je vieillis, plus j’ai envie de jouer des personnages plus grands que nature et différents de moi, quelque chose que j’ai évité pendant longtemps. [...] On a souvent l’impression que les personnes du passé étaient retenues, impression donnée par les images qu’on a d’eux ou ce qui en est dit dans les livres. Et c’est d’autant plus vrai pour les femmes. Pour "Marie, reine d'Écosse" [sorti en 2018 et dans lequel elle incarne Marie], nous voulions lui donner une humanité.»

«Pour le rôle de Charlotte, Francis m’a demandé de tenir un journal qui m’a aidé. Mais, une fois que je sais comment mon personnage bouge, communique et que j’ai compris comment elle s’exprime, ça me permet de plonger dedans et de l’explorer», précise-t-il.

Saoirse Ronan a beaucoup apprécié la liberté accordée par le réalisateur de chorégraphier, avec Kate Winslet, une scène d’amour particulièrement précise et explicite.

«L’une des choses que je remarque quand je regarde et que je tourne de telles scènes, tant dans "Marie, reine d'Écosse" que "Ammonite", c’est que la sexualité est un peu déformée par une vision extérieure. Parce que la scène se déroule entre deux femmes, il était important de revenir à la base, de nous poser des questions sur ce que nous cherchons dans une relation sexuelle, ce que nous aimons et ce qui nous attire.»

«Je n’ai pas du tout eu l’impression d’une performance, mais de gestes motivés par le désir des personnages ainsi que par l’expression d’une vulnérabilité montrée l’une à l’autre. Nous avons donc passé du temps à discuter de la scène, à nous renvoyer des idées. Nous avons souhaité nous défaire de cette espèce de filtre rose bonbon qui existe dans toutes les scènes de sexe, qu’il s’agisse de moments hétérosexuels ou entre personnes du même sexe. Nous voulions montrer la rencontre de deux corps. [...] Et cela nous a donné énormément de confiance en nous parce que nous avons senti que la scène nous appartenait en propre.»

«Ammonite» est disponible en vidéo sur demande.