/news/coronavirus

De danseur à entrepreneur: «Il n’y a plus de boulot en ce moment»

Bruno Lapointe | Journal de Montréal

Daniel Dory

Photo courtoisie, Daniel Dory

Il a dansé aux côtés de Ricky Martin, Cher, Lady Gaga et autres Rihanna avant que la pandémie ne lui cloue les deux pieds au sol. Le Québécois Daniel Dory s’est ainsi tourné vers la fabrication de masques, désormais portés par les stars d’Hollywood. 

• À lire aussi: Des artistes forcés de trouver un nouveau métier

L’année 2019 a été particulièrement remplie pour Daniel Dory. Le Québécois, installé à Los Angeles depuis 10 ans, a parcouru la planète aux côtés de Cher pour la tournée Here We Go Again, en plus d’accompagner la diva sur divers plateaux de télévision tels que Dancing with the Stars.

Cher

Photo courtoisie

L’année 2020 s’annonçait tout aussi chargée avec un calendrier bien rempli. Si bien, d’ailleurs, que le danseur avait bon espoir d’obtenir sa carte de résident permanent aux États-Unis (ou Green Card). 

La pandémie en aura toutefois voulu autrement. 

«Une Green Card, c’est très difficile à obtenir. Mais avec deux grosses années au niveau professionnel, j’avais plus de chances. Là, il n’y a tout simplement plus de boulot en ce moment. Je n’ai pas reçu un seul appel ou courriel depuis mars. Je n’aurais jamais pensé un jour vivre ça», laisse tomber Daniel Dory au bout du fil. 

Portés par Cher et Ricky

Le Québécois a donc dû se trouver rapidement une nouvelle source de revenus en attendant de pouvoir revivre de son art. C’est ainsi qu’il a fondé, avec son conjoint Olivier Croft, une entreprise de fabrication de masques : Dory & Croft. Lancée en juillet dernier, la ligne a connu un franc succès, leur premier modèle accusant une rupture de stock au moment d’écrire ces lignes.

Daniel Dory

Photo courtoisie, Daniel Dory

Depuis, leurs créations sont portées par Cher, Ricky Martin, Kenny Ortega, Lisa Rinna et Erika Jayne, pour ne nommer que ceux-ci. 

«Je fais beaucoup de sport et, au début de la pandémie, j’avais vraiment de la difficulté à respirer avec les masques que j’avais achetés. On a pris le temps de bien développer l’expérience client et les masques, de trouver une signature visuelle qui nous était propre et attrayante. Je sais que ça peut être désagréable de porter un masque, alors je tenais à ce que les nôtres soient confortables et stylés», raconte Daniel Dory. 

Et ce n’est pas terminé pour Dory & Croft. Après avoir récemment lancé une collection de casquettes encourageant le vote aux récentes élections américaines, puis une ligne de masques colorés, de nouveaux produits sont présentement en développement. Parmi ceux-ci, une collection de chandails devrait être lancée prochainement. 


Pour toutes les informations : www.dorycroft.com