/news/coronavirus

Noël gâché par des partys à Rimouski

Jérôme Gagnon et Jérôme Gagnon | Journal de Québec

Quebec

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBE

Quelques partys dans des bars, dont un qui s’est tenu dans le cadre du passage d’un promoteur de l’industrie pornographique, ont contribué à gâcher Noël à Rimouski, alors que le gouvernement a annoncé qu’une bonne partie de l’est du Bas-Saint-Laurent passerait en zone rouge. 

• À lire aussi: [EN DIRECT] Les derniers développements sur la COVID-19

C’est ce qu’estime le maire de Rimouski, Marc Parent, qui juge que les éclosions survenues dans les bars ces dernières semaines ont «certainement contribué» au changement de palier d’alerte. 

Les secteurs de Rimouski-Neigette, de La Mitis, de La Matanie et de La Matapédia basculeront en zone rouge à compter de lundi minuit. 

«La situation a évolué rapidement dans ces secteurs, rendant plus fragile la capacité d’accueil du système hospitalier régional. C’est pourquoi cette décision nous semble la plus appropriée en raison des risques réels encourus», a expliqué le ministre de la Santé, Christian Dubé, vendredi. 

Le passage de l’influenceur et promoteur associé à la pornographie, David Hener, le 13 novembre, dans deux bars de Rimouski, avait donné tout un mal de tête à la Direction de santé publique régionale, qui peinait à retrouver les personnes possiblement exposées à la COVID-19. 

La Santé publique du Bas-Saint-Laurent avait entamé un dépistage massif après cette soirée, en soulignant qu’il y avait «une recrudescence importante de cas dans une population assez jeune» qui avait participé à des partys, notamment à celui en question.  

En entrevue avec Le Journal, le maire Parent a aussi mentionné qu’il y avait un malaise profond chez plusieurs restaurants et bars de sa ville sur l’incertitude de passer en zone rouge ou pas. Plusieurs hésitaient à faire de la publicité en raison des consignes gouvernementales. L’achalandage diminuait à vue d’œil, et les entrepreneurs de la ville n’avaient pas le droit aux ressources financières. 

«Ce qui est particulièrement difficile pour les citoyens, c’est sur le plan humain. Les gens ne pourront pas voir les membres de leur famille pendant les Fêtes. Personnellement, je n’ai pas vu ma fille depuis un an et je ne pourrai pas la voir pendant les Fêtes», a-t-il regretté.  

Bérubé «pas de bonne humeur»

Pour sa part, le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, s’est dit «pas de bonne humeur», sur les ondes de TVA.  

«On n’arrive pas à comprendre que c’est seulement une seule partie et non tout le Bas-Saint-Laurent», a-t-il commenté. 

La MRC Rimouski-Neigette a enregistré jeudi un nombre record de 45 personnes nouvellement atteintes. 

Le secteur compte 344 cas actifs alors que La Matapédia (27), La Matanie (178) et La Mitis (45) ensemble en comptent 250. 

De leur côté, des commerçants n’ont pas caché leur déception, mais ils ont avoué en majorité s’attendre à une telle décision. 

«On s’en doutait un peu avec la récente hausse des cas. Les gens venaient de moins en moins dans les dernières semaines parce que le gouvernement recommandait d’éviter les contacts. On aime mieux savoir aujourd’hui que de rester dans le néant», a souligné la copropriétaire du restaurant Les Affamés de Rimouski, Nathalie Francoeur.