/news/coronavirus

Elle défend les Québécois qui voyagent pendant la pandémie

L’interdiction des rassemblements du temps des Fêtes n’a pas empêché des Québécois de s’envoler vers les destinations soleil cet hiver.

• À lire aussi: Forfaits voyages annulés: une demande d’action collective déposée pour le remboursement

Voyager pendant la pandémie avait toutefois été fortement déconseillé et critiqué par des médecins, qui estiment que de quitter le pays en ces temps incertains est un comportement irresponsable et un manque flagrant de solidarité. 

Josée Kaigle n’est toutefois pas de cet avis, elle qui est allée à trois reprises dans des voyages tout inclus dans les derniers mois. Agente de voyage chez Optimistes, Mme Kaigle affirme que les voyages à l’extérieur du pays sont très sécuritaires.

«Depuis le mois de mars, les choses ont tellement évolué et la façon de voyager a tellement changé», a-t-elle expliqué, jeudi, à l’émission Denis Lévesque. 

Mme Kaigle ajoute d’ailleurs que les voyageurs ne représentent pas un risque pour le reste de la population québécoise.

«Il faut comprendre que les gens reviennent avec une quarantaine obligatoire. Il y a des mesures sur place excessivement strictes qui sont plus contrôlables que des fêtes dans des maisons clandestines.»

Une solution pour ceux en détresse 

Alors que certains voient les voyageurs comme étant un problème supplémentaire lors de cette pandémie, l’agente de voyage croit plutôt que les voyages demeurent une solution pour bien des gens.

«Il y en a pour qui voyager, c’est peut-être une petite soupape. Il y a des gens qui sont sur le bord d’atteindre leur seuil maximal de tolérance. Ils sont à bouts.» 

«Je pense que le fait de partir en voyage, en respectant absolument toutes les consignes d’hygiène, et j’insiste, ce n’est pas plus dangereux qu’autre chose», a-t-elle mentionné.  

Un vaccin qui mettra fin à la question 

L’arrivée du vaccin dans les prochains mois risque de rendre les voyages plus accessibles pour les Québécois. Certaines compagnies aériennes pourraient toutefois demander une preuve de vaccination avant d’entrer dans l’avion.

«On avait notre carnet de santé auparavant pour aller dans certains pays. Si c’est ça que ça prend pour rendre les voyages 100% sécuritaires, je suis entièrement d’accord», a lancé Josée Kaigle.