/news/politics

GND dénonce le «dédain» de Fitzgibbon pour l’éthique

Une «vieille odeur de copinage» plane sur la politique québécoise après la publication d’une vidéo où l’on voit le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, apparaître sans gêne aux côtés de la dirigeante de l’entreprise dont il est toujours partenaire financier, estime le député solidaire Gabriel Nadeau-Dubois.

• À lire aussi: Fitzgibbon remercié publiquement par sa partenaire d’affaires

• À lire aussi: Le gouvernement refuse de blâmer Fitzgibbon

• À lire aussi: Manquements éthiques: le ministre Pierre Fitzgibbon se retrouve dans l’eau chaude une fois de plus

C’est une autre preuve, selon lui, que «la boussole éthique des députés de la Coalition avenir Québec est complètement détraquée».

«On n'a jamais vu un ministre démontrer autant de dédain pour les règles éthiques les plus fondamentales de notre vie politique, a-t-il dénoncé dans une attaque à fond de train envers le ministre de l’Économie, vendredi.

«Je pense que quand les citoyens, citoyennes nous regardent aller, ils s'attendent à ce qu'on soit exemplaires. Puis M. Fitzgibbon, c'est le contraire», a ajouté le député solidaire.

Dans la vidéo en question, dont l’existence a été rapportée par notre Bureau d’enquête, on aperçoit Pierre Fitzgibbon recevoir des remerciements de sa partenaire financière, Pascale Nini. Ceux-ci sont associés dans une entreprise dont M. Fitzgibbon détient toujours des actions malgré un avis contraire de la commissaire à l’éthique de l’Assemblée nationale.

Cette scène s’est déroulée pendant un évènement organisé par le ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) en janvier dernier à Las Vegas en marge du Consumer Electronics Show, un salon du secteur des technologies.

Selon Gabriel Nadeau-Dubois, la session parlementaire se termine ainsi sur une «bourde éthique monumentale» du ministre de l’Économie, tout comme elle avait commencé.

Son collègue, Vincent Marissal, avait alors levé le voile sur les intentions du ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, de marchander les données de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) aux pharmaceutiques, a-t-il rappelé.

Dans la même catégorie