/news/politics

Legault n’appliquera pas la tolérance zéro à Fitzgibbon

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

François Legault pourrait laisser son ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, poursuivre son mandat pendant deux ans en contravention du code d’éthique des députés de l’Assemblée nationale.

• À lire aussi: Le gouvernement refuse de blâmer Fitzgibbon

• À lire aussi: GND dénonce le «dédain» de Fitzgibbon pour l’éthique

Il est «impossible» pour son ministre de vendre les actions qu’il détient toujours dans l’entreprise Immerversion à un «prix raisonnable», a-t-il soutenu vendredi en se portant encore une fois à sa défense.

«Je continue à penser qu'il va peut-être trouver un acheteur, mais est-ce qu'on doit pénaliser ou se débarrasser d'une personne parce qu'elle détient des actions dans une entreprise privée, alors qu'il n'est absolument rien arrivé entre l'entreprise puis le gouvernement?» a fait valoir François Legault.

Cette situation a toutefois valu à M. Fitzgibbon un deuxième blâme de la commissaire à l’éthique de l’Assemblée nationale cette semaine puisqu’Immerversion détient des liens avec l’État, ce qui le place en conflit d’intérêts.

On peut d’ailleurs apercevoir la dirigeante de cette entreprise, Pascale Nini, chanter les louanges du ministre dans une vidéo dont l’existence a été rapportée par notre Bureau d’enquêtes vendredi.

Cette scène s’est déroulée pendant un évènement organisé par le ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) en janvier dernier à Las Vegas en marge du Consumer Electronics Show, un salon du secteur des technologies.

Or, il était «normal» pour M. Fitzgibbon de se retrouver à cet évènement puisque «ça fait 10 ans que l'entreprise en question » participe à cette foire organisée par le gouvernement du Québec.

Pierre Fitzgibbon est « constamment en conflit d’intérêts » alors que François Legault prônait pourtant la « tolérance zéro » en matière d’éthique lorsqu’il se trouvait dans l’opposition, a déplore la cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade.

Une «vieille odeur de copinage» plane sur la politique québécoise après la publication d’une vidéo où l’on voit le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, apparaître sans gêne aux côtés de la dirigeante de l’entreprise dont il est toujours partenaire financier, estime le député solidaire Gabriel Nadeau-Dubois.

Une autre preuve, selon lui, que «la boussole éthique des députés de la Coalition avenir Québec est complètement détraquée.

«On n'a jamais vu un ministre démontrer autant de dédain pour les règles éthiques les plus fondamentales de notre vie politique, a-t-il dénoncé dans une attaque à fond de train à du ministre de l’Économie, vendredi.

«Ça commence à être un peu gênant», a indiqué de son côté le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, en invitant encore une fois Pierre Fitzgibbon à choisir entre ses entreprises et la politique.

Dans la même catégorie