/news/law

Un tribunal spécial pour les victimes d’agressions sexuelles réclamé par un groupe d’experts

Un comité d’experts sur l’accompagnement des victimes d’agressions sexuelles propose la création d’un tribunal spécial destiné à répondre aux plaintes de ces dernières.

• À lire aussi: Tous les crimes contre la personne seront indemnisés par Québec

Il s’agit d’une des 190 recommandations contenues dans l’imposant rapport qu’ils ont présenté mardi. C’est le fruit d’une démarche transpartisane initiée par les quatre partis représentés à l’Assemblée nationale en mars 2019, dans la foulée du mouvement #Moiaussi, dans le but de redonner confiance aux victimes dans le système de justice.    

  • Écoutez l'entrevue de la directrice de la Fédération des maisons d'hébergement pour femmes, Manon Monastesse avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Création d’un ombudsman du droit des victimes, mise en place d’équipes multidisciplinaires dédiées à leur accompagnement, établissement d’une banque d’avocats spécialisés en violence conjugale et dans les agressions sexuelles: les nombreuses recommandations contenues dans le rapport soulignent le besoin de mieux accompagner les victimes.

«Actuellement le système n’inspire pas assez confiance et ne répond pas au parcours des victimes», a soutenu l’ancienne juge en chef de la Cour du Québec et coprésidente du groupe, Élizabeth Corte, en conférence de presse, mardi.

Le comité précise dans son rapport avoir rencontré une centaine d’organismes, dont environ la moitié a déposé des mémoires. Grâce à une consultation en ligne tenue entre le 5 mars et le 10 avril dernier, pas moins de 1585 victimes d’agressions sexuelles ou de violence conjugale ont aussi pu donner leur avis, et ce, malgré la crise de la COVID-19.

Le groupe était formé de 21 experts de différents domaines qui se sont penchés sur le processus d’accompagnement des victimes d’agressions sexuelles au Québec.

La formation de ce comité d’experts sur l’accompagnement des personnes victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale avait été annoncée en mars 2019 lors d’une conférence de presse commune des quatre partis représentés à l’Assemblée nationale.

Elle survenait dans la foulée du mouvement #Moiaussi et visait à redonner confiance aux victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale.