/news/usaelection2020

Trump recase ses conseillers à l'approche du départ

Agence France-Presse

Donald Trump a nommé mardi plusieurs de ses proches conseillers dans des conseils d'administration d'établissements publics, signe qu'il prépare bien son départ malgré son refus obstiné de reconnaître sa défaite.

• À lire aussi: Cyberattaque aux États-Unis: Barr désigne la Russie et contredit de nouveau Trump

• À lire aussi: Donald Trump envisage tout pour renverser l'élection

Le président sortant, qui doit céder le 20 janvier les clés de la Maison-Blanche à son successeur Joe Biden, a notamment placé son ancien ambassadeur en Allemagne Richard Grenell, qui est aussi l'un de ses défenseurs les plus fervents dans les médias, au conseil d'administration du Mémorial de l'Holocauste, à Washington.

AFP

Sa très proche conseillère Hope Hicks, qui travaillait déjà pour la Trump Organization avant de rejoindre la première campagne présidentielle du milliardaire new-yorkais dès 2015 alors qu'elle n'avait que 26 ans, intègrera elle le conseil d'administration du Fulbright Foreign Scholarship, un prestigieux programme de bourses pour les étudiants étrangers aux États-Unis et américains à l'étranger.

AFP

Quant à l'ancienne très discrète porte-parole de la Maison-Blanche Stephanie Grisham, elle rejoint le Conseil national des sciences de l'éducation, un organe consultatif.

AFP

Selon un communiqué annonçant plus de 40 nominations, qui vient s'ajouter à d'autres similaires ces dernières semaines, Donald Trump a aussi placé Pam Bondi au conseil d'administration du prestigieux centre artistique John F. Kennedy, à Washington. Cette ex-procureure générale de Floride avait fait partie de l'équipe juridique chargée de défendre le président lors de son procès en destitution au Sénat et a plus récemment rejoint celle qui a mené sa bataille judiciaire contre l'élection de Joe Biden.

Malgré l'échec de la quasi-totalité de ses recours en justice, la certification des résultats dans chaque État puis leur validation par les grands électeurs, le président sortant républicain continue d'affirmer, sans la moindre preuve, avoir remporté le scrutin de novembre. Les spéculations vont bon train sur ses démarches - vouées à l'échec d'après pratiquement tous les observateurs - pour invalider le verdict des urnes.

Il n'a pas dit clairement s'il assisterait à la cérémonie d'investiture du président élu démocrate le 20 janvier, mais a tout de même indiqué qu'il quitterait la Maison-Blanche à la fin de son mandat.