/news/coronavirus

Le vaccin chinois CoronaVac «efficace» selon le Brésil

Les tests cliniques du vaccin CoronaVac, du laboratoire chinois Sinovac, ont «atteint le seuil d'efficacité» exigé par l'OMS, a révélé mercredi l'Institut Butantan, chargé de sa production et distribution au Brésil, sans toutefois rendre publics les résultats officiels.

• À lire aussi: Les États-Unis «protégés» contre la COVID-19 d’ici l’été 2021

• À lire aussi: Santé Canada approuve le vaccin de Moderna

«Nous avons atteint le seuil d'efficacité qui permet de solliciter l'usage d'urgence» à l'agence régulatrice brésilienne Anvisa pour autoriser le lancement de la campagne de vaccination, a déclaré Dimas Covas, directeur de l'institut, en conférence de presse.

L'Institut Butantan, organisme public sous tutelle du gouvernement de l'État de Sao Paulo, avait prévu d'annoncer dès mercredi les résultats de la phase 3 de tests cliniques - la dernière avant l'homologation - effectués au Brésil.

Mais M. Covas a expliqué qu'une clause du contrat avec Sinovac exigeait que ces résultats soient rendus publics de façon unifiée au niveau mondial, avec les éléments de tous les pays où les tests cliniques ont eu lieu.

Au Brésil, 13 000 volontaires ont pris part à ces tests, dans huit États du pays. Ils ont également eu lieu en Turquie, en Indonésie et en Chine.

«Tout notre calendrier reste d'actualité. La production des doses suit son cours dans notre usine et la campagne de vaccination débutera comme prévu le 25 janvier», a affirmé le secrétaire à la Santé de l'État de Sao Paulo, Jean Gorinchteyn.

Le seuil d'efficacité préconisé par l'OMS est de 50%, mais certains laboratoires comme Pfizer et BioNtech, dont le vaccin a déjà été administré à plusieurs centaines de milliers de personnes au Royaume-Uni et aux États-Unis, ont fait état d'une efficacité supérieure à 90%.

Dimas Covas a également annoncé que le gouvernement fédéral allait commander 100 millions de doses du CoronaVac à l'Institut Butantan, plus du double des 46 millions prévus initialement. 

Le programme national de vaccination, annoncé tardivement et sans dates précises, a fait l'objet de nombreuses critiques de spécialistes.

Le président d'extrême droite Jair Bolsonaro a suscité un tollé samedi en affirmant que la «hâte» pour vacciner les populations contre le coronavirus n'était pas justifiée, après avoir assuré qu'il ne se ferait pas vacciner.

Il n'a cessé de discréditer le CoronaVac, promu ardemment par le gouverneur de l'État de Sao Paulo, Joao Doria, pressenti comme un de ses principaux adversaires pour la présidentielle de 2022.

La mairie de Sao Paulo, capitale économique du pays, a annoncé mardi la fermeture de tous les commerces non essentiels pendant les fêtes de fin d'année, du 25 au 27 décembre et du 1er au 3 janvier.

Le Brésil est le deuxième pays le plus endeuillé par le virus après les États-Unis, avec plus de 188 000 morts.