/news/coronavirus

Moins de patients dans les urgences de la Mauricie et du Centre-du-Québec

La pandémie a pour effet de remplir les hôpitaux, mais en même temps de vider les services d'urgence de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

• À lire aussi: 2247 nouveaux cas et 74 décès

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

D'avril à décembre, 48 742 patients de moins ont été accueillis dans les urgences de ces régions, un nombre en baisse de 27 % par rapport aux mêmes mois de 2019.

À l'urgence de l'hôpital de Trois-Rivières, la baisse est de 6874 patients, ce qui représente un achalandage en diminution de 16 % .

La principale explication de ce phénomène réside dans la réorientation systématique vers une clinique désignée d'évaluation - comme il s'en trouve une à Trois-Rivières - des visiteurs présentant des symptômes d'infection à la COVID-19.

La direction de la santé énumère aussi, parmi les motifs expliquant la baisse du nombre de patients, le confinement et la crainte de beaucoup de mettre les pieds dans un hôpital, les consultations via télémédecine, le port du masque et le lavage des mains qui mettent à l'abri d'une foule de maux qui courent et la réduction du nombre d'accidents de la circulation.

Un urgentiste de l'hôpital de Shawinigan sert toutefois une mise en garde parce qu'avec la réorganisation interne attribuable à la pandémie, les urgences ne sont pas vraiment devenues pour autant des paradis.

«Moi, je ne veux pas qu'on lance le mauvais message. S'il fallait qu'il y ait le même achalandage qu'avant la pandémie, on n'y arriverait pas. Donc, c'est bien important qu'on garde à l'urgence les patients les plus malades», a martelé le docteur Frédéric Pilotte.

La baisse d'achalandage touche aussi les cliniques des groupes de médecine familiale (GMF).

«Lorsque le patient répond oui à certaines questions, on doit le diriger vers les CDE (cliniques désignées d'évaluation) et c'est important que le patient le comprenne. Il arrive qu'occasionnellement, le patient ne comprenne pas. Il ne sait pas ça. Ça peut lui provoquer une certaine forme de frustration en se disant "je suis habitué de consulter ici, pourquoi m'envoyer ailleurs"», a expliqué le docteur Pierre Martin de la clinique GMF du Cap à Trois-Rivières.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.