/news/coronavirus

Sans assurance, attendez-vous à payer si vous attrapez la COVID-19 à l'étranger

Julien McEvoy | Journal de Montréal

Un Québécois qui attrape la COVID-19 au Mexique et qui doit être hospitalisé devra vraisemblablement payer la facture lui-même sans pouvoir compter sur l’aide de Québec.  

• À lire aussi: Les voyageurs devront se faire dépister avant et après leur retour

• À lire aussi: Voyages dans le Sud: le gouvernement fédéral lance un avertissement

Selon les barèmes en place à la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ), ce Québécois pourrait être remboursé pour un montant de 100$ par jour passé à l’hôpital. À cela s’ajoutent les frais liés aux actes d’un médecin, «remboursés à la hauteur de ce qui en coûte ici», indique la porte-parole de la RAMQ, Caroline Dupont. 

«Ce n’est pas rien, mais ce n’est pas riche», souligne l’avocat Jean-Pierre Ménard, spécialisé en droit médical. Celui qui défend les patients québécois depuis plus de 40 ans estime qu’en temps de pandémie, «ça devient tout de même plus pertinent de regarder ça». 

«Même si vous êtes entièrement responsable de vos malheurs, il reste qu’on paye quand même, c’est un choix de société», lance-t-il. 

Et comme les frais de santé coûtent beaucoup plus aux États-Unis, «c’est avantageux de pogner la COVID au Mexique», ajoute-t-il en rigolant. «Je fais des farces, mais c’est ça pareil.» 

Se porterait-il à la défense d’un Québécois qui, sans assurances, aurait attrapé la COVID-19 au Mexique et se retrouverait avec une énorme facture que Québec refuserait de payer? «Non, je pense que les chances de victoire seraient très minces», conclut-il. 

Les assureurs couvrent la COVID-19 

Et ce Québécois sans assurances serait bien insouciant de se priver de ce service. Car la grande majorité des assureurs couvrent la COVID-19 – après avoir refusé de le faire de mars à juin –, et ce, sans charger davantage pour leurs primes. 

«Certains ont augmenté la prime, mais la majorité ne l’[a] pas fait», constate Patrick Boucher, vice-président d’Assurance voyage Eureka. 

Les assureurs, qui ne sont pas reconnus pour faire de cadeaux aux consommateurs, ont simplement fait le calcul et ont établi que le risque est assez minime. 

«Ça fait 32 ans que je suis dans le domaine. Je peux vous le dire par expérience, ils ne s’aventureraient pas à aller couvrir quelque chose qu’ils jugeraient problématique à grande échelle», assure M. Boucher. 

Après vérification, le courtier en assurances nous sort les prix actuels pour une assurance voyage. Pour une personne de 30, il en coûte 20$ pour une semaine et 41,72$ pour deux semaines. Pour une personne de 59 ans, on parle de 27,44$ pour une semaine et de 54,88$ pour deux semaines. 

La couverture est de 5 M$, «un standard dans l’industrie». 

Pour les gens en santé, sans comorbidités, on peut donc dire que la COVID-19 n’existe pas aux yeux des assureurs.