/news/world

À Copacabana, les fêtards grimacent, mais la plage respire

Moins de fêtes, moins de poubelles... Les éboueurs de la célèbre plage brésilienne de Copacabana, à Rio, ont eu vendredi l'agréable surprise d'avoir 89% d'ordures à collecter en moins que lors du réveillon de 2020, au lendemain d'un Nouvel An 2021 bouleversé par le coronavirus.

Les collecteurs des déchets municipaux de la capitale de la ville la plus festive du Brésil n'ont ramassé que 39 tonnes de déchets sur la célèbre plage après un réveillon silencieux, soit bien moins que les 351 tonnes collectées l'année dernière, ont indiqué vendredi les services municipaux d'assainissement (Comlurb).

AFP

Dans toute la ville, les éboueurs ont enlevé 194 tonnes d'ordures, soit 75% de moins que l'année dernière, selon ces mêmes services.

«Nous étions préparés à tous les scénarios. Mais félicitations aux habitants de Rio, qui ont écouté les appels des autorités à éviter les grandes foules et à rester chez eux», a déclaré Flavio Lopes, le chef de la Comlurb.

Rio accueille traditionnellement l'une des plus grandes célébrations du Nouvel An au monde, laissant au petit matin le spectacle d'une plage de Copacabana jonchée d'ordures et détritus en tous genres.

AFP

Avec la pandémie de Covid-19, les autorités ont annulé cette année les festivités, y compris le feu d'artifice au-dessus de Copacabana.

Le pays sud-américain de 212 millions d'habitants a enregistré près de 195 000 du fait du Covid-19, le deuxième chiffre le plus élevé au monde, après les États-Unis.

Dans la même catégorie