/finance/homepage

Correction de la vue au laser: moins cher à long terme?

Sébastien Dorion

Plusieurs cliniques qui offrent la correction de la vue au laser présentent cette intervention chirurgicale comme plus rentable à long terme que les lunettes et les verres de contact, mais ce n’est pas toujours le cas. Plusieurs nuances s’imposent. 

Le coût initial de la correction au laser est assez élevé. Il faut débourser de 1500 à 3000$ par œil en moyenne au Canada pour s’en prévaloir. Aouch. 

Plusieurs cliniques affirment que les coûts peuvent être amortis au fil des ans, puisque le patient n’aura plus à payer de lunettes et de lentilles: un argument avec lequel les experts à qui nous avons parlé ne sont pas tout à fait d’accord. 

Pas une question d’économies 

«Sauver de l’argent est probablement la pire raison pour se faire corriger la vue au laser», croit Langis Michaud, directeur et professeur titulaire de l’École d’optométrie de l’Université de Montréal, sans toutefois nier les avantages de l’intervention.    

Quelqu’un qui fait de la motoneige et qui ne tolère pas bien les lentilles cornéennes, par exemple, pourrait trouver les lunettes gênantes à la longue. Il en va de même pour les sportifs de haut niveau. Selon M. Michaud, il faut avant tout prendre compte de ses besoins avant de se faire opérer.  

«C’est comme si je vous disais qu’on va acheter une voiture uniquement en se basant sur le prix. Il faut se poser des questions comme: est-ce que je conduis en campagne ou en ville? Est-ce que je fais plus de 15 000 km par an ou 40 000?» illustre-t-il.   

Pour certains candidats avec une prescription moins élevée, les lunettes et les verres de contact peuvent même s’avérer relativement bon marché. 

«Les lentilles cornéennes représentent des coûts qui peuvent être aussi bas que 250$ par année. Avant de rentabiliser 4000$ pour la chirurgie, ça prend quand même assez longtemps», ajoute quant à lui Guillaume Fortin, président de l’Association des optométristes du Québec (AOQ) et docteur en optométrie. 

«[La correction de la vue au laser] est surtout un investissement sur la qualité de vie. Ce n’est pas nécessairement quelque chose qui va vous faire sauver des sous à long terme. J’aurais de meilleurs investissements à proposer si c’est votre but», poursuit M. Fortin en riant. 

Une question d’âge avant tout  

La chirurgie réfractive au laser peut parfois être plus avantageuse financièrement lorsqu’on est jeune, explique M. Fortin. Dans ce cas, les chances de pouvoir vivre longtemps sans lunettes sont meilleures que pour une personne qui se ferait opérer à un âge plus avancé. 

D’ailleurs, le laser n’empêche pas l’apparition d’autres troubles de la vue comme la presbytie qui affecte la majorité des Canadiens après l’âge de 40 ans.   

«Même si la chirurgie est faite alors qu’on est jeune, c’est certain qu’il va falloir reporter des lunettes un jour pour une quelconque condition», avertit le président de l’AOQ. 

Il faudra alors débourser de nouveau de l’argent pour de nouvelles lunettes ou des verres de contact. 

De plus, 35% des patients ayant recours au LASIK (l’une des techniques de correction de la vue au laser) auraient besoin de retouches dans la décennie suivante. Même si certaines cliniques offrent une garantie de quelques années ou encore à vie, ce ne sont pas tous les patients qui peuvent subir une nouvelle chirurgie en raison de leur condition oculaire. Là encore, ils devront se tourner vers les lunettes.  

Des complications qui peuvent coûter cher   

La correction au laser comporte davantage de risques que le port de lunettes. Bien que les complications graves soient plutôt rares, elles pourraient vous coûter cher. 

L’ectasie cornéenne, par exemple, peut se développer quelques mois ou quelques années après la chirurgie. Il s’agit de la déformation progressive et irréversible de la cornée.

«Ça déforme la vision et on ne peut pas la rétablir avec des lunettes: ça prend un verre de contact spécialisé, c’est environ 1000$ aux trois ans. Souvent, ça prend aussi un traitement médical, on parle de 1500$. Ce sont des coûts récurrents pour le reste de vos jours», détaille Langis Michaud. 

Il met également en garde ceux qui seraient tentés par les prix alléchants offerts par certaines cliniques.

«Choisissez votre chirurgien, conseille M. Michaud. Ce n’est pas banal, une chirurgie réfractive. On joue dans vos yeux qui sont votre bien le plus précieux.»