/news/coronavirus

Le docteur qui rééduque les nez

L’otorhinolaryngologiste Marc Tewfik, qui tient ici une caméra pour examiner les cavités nasales, utilise aussi la rééducation pour aider ses patients à retrouver l’odorat.

Photo Pierre-Paul Poulin

L’otorhinolaryngologiste Marc Tewfik, qui tient ici une caméra pour examiner les cavités nasales, utilise aussi la rééducation pour aider ses patients à retrouver l’odorat.

Un otorhinolaryngologiste québécois enseigne aux malades du coronavirus à retrouver l’odorat de façon pratico-pratique grâce à l’exposition à différents arômes.

Le Dr Marc Tewfik a conseillé plus d’une quarantaine de patients ayant perdu l’odorat du jour au lendemain à cause de la COVID. 

« J’ai eu de grands amateurs d’espresso qui ont carrément perdu le goût de boire du café », illustre le spécialiste du nez, de l’oreille et de la gorge. 

Il recommande un « entraînement olfactif » à ces patients victimes d’anosmie à long terme – la perte totale de l’odorat.

« C’est très facile à initier à la maison », explique le médecin du Centre universitaire de santé McGill, mais la procédure doit s’échelonner sur au moins trois mois pour produire des résultats.

« Je dis à mes patients de prendre cinq pots Mason et d’y mettre cinq odeurs typiques de la cuisine. »

Des grains de café, des clous de girofle, des bâtons de cannelle ou des huiles essentielles font par exemple l’affaire. 

Ensuite, il suffit de humer chaque pot environ une minute, deux fois par jour, pour stimuler les neurones olfactifs situés dans la fosse nasale. 

Cet entraînement est sans danger, à condition de ne pas utiliser de produits chimiques tels que de l’eau de Javel, insiste-t-il. 

Risques accrus de dépression

D’allure inoffensive, la perte d’odorat peut toutefois avoir des conséquences graves sur d’autres sphères de la santé. 

« On perd l’appétit, on ne veut plus rien manger parce qu’on ne peut plus rien goûter. Le risque de dépression est aussi accru. »

Le Dr Tewfik cite une patiente qui a perdu beaucoup de poids à la suite de son diagnostic. 

Il conseille également de s’assurer que le détecteur de fumée du domicile est fonctionnel, parce que les malades ne peuvent plus compter sur leur nez en cas d’incendie. Idem pour la nourriture avariée et les intoxications alimentaires.

La rééducation olfactive est actuellement la seule intervention connue qui a un effet sur la perte d’odorat. 

Cette thérapie existe depuis plusieurs années, car d’autres infections virales comme la grippe, les traumatismes crâniens et l’Alzheimer peuvent provoquer les mêmes effets. 

Johannes Frasnelli,
professeur
d’anatomie

Photo courtoisie

Johannes Frasnelli, professeur d’anatomie

Or, la pandémie a stimulé les recherches du professeur Johannes Frasnelli, expert en neuroanatomie chimiosensorielle et collaborateur du Dr Tewfik. 

« Il y a un an, on faisait la même recherche et ça avançait lentement. Mais soudainement, il y a beaucoup plus d’intérêt. »

Comprendre ce succès

Ses collègues et lui tentent de comprendre comment et pourquoi la rééducation olfactive peut aider à stimuler les cellules nerveuses du nez qui transmettent les odeurs au cerveau, et ultimement, à retrouver l’odorat. 

« On sait que si on arrête d’utiliser une partie de notre cerveau, il fonctionne moins bien. Et c’est facile de ne plus s’exposer aux odeurs quand on ne sent plus rien », conclut le professeur d’anatomie de l’Université du Québec à Trois-Rivières. 

  • La perte de l’odorat est un symptôme caractéristique de la COVID-19. De 60 à 75 % des personnes en sont affectées, et une sur 10 souffrira d’anosmie à plus long terme.   

Comment ça marche?

1. Assembler cinq pots Mason contenant des odeurs différentes, comme des grains de café, des bâtons de cannelle ou de l’eau avec des huiles essentielles.  

-Ne pas utiliser de produits chimiques nocifs, comme le Windex.   

2. Deux fois par jour, respirer l’odeur contenue dans les bocaux pendant environ une minute chacune.

3. Répéter l’exercice pendant trois mois au minimum. Ne pas se décourager si l’on ne remarque pas de différence immédiate.