/regional/estduquebec/basstlaurent

Pannes électriques répétitives, des citoyens exaspérés

De nombreux citoyens de la Matanie et de la Mitis, au Bas-Saint-Laurent, sont exaspérés de subir les impacts des pannes électriques à répétition dans leur secteur.

Une pétition circule afin de faire pression sur Hydro Québec. Elle a déjà récolté 346 signatures sur un objectif de 500.

C'est un résident du secteur de Baie-des-Sables, Yannick Boisvert, qui a pris l'initiative d'entamer cette démarche afin d'implorer la société d’État de prendre la situation en main et de rectifier le tir rapidement. Sur la page de la pétition, on peut y lire que les pannes sont fréquentes et répétitives et qu'elles peuvent par moment survenir une dizaine de fois par jour.

Cette situation cause bien des maux de tête aux résidents, mais aussi aux nombreuses fermes agricoles dans le secteur, ce qui occasionne par le fait même des pertes importantes de revenu par moment.

Un citoyen rencontré par l'équipe de TVA Nouvelles a admis que les pannes peuvent parfois durer entre une et quatre heures. Les usagers craignent que ce problème récurrent endommage leur boîte électrique et leurs appareils ménagers.

«Depuis cet automne, on dirait que c'est à tous les quinze jours, a déploré Daniel Bélanger, un résident de Baie-des-Sables. Ça devient tannant. On écoute quelque chose à la télévision ou on travaille avec un outil et soudain tout arrête et on ne sait pas ce qui se passe. On paie notre électricité comme tout le monde, il faudrait qu'Hydro Québec se réveille un peu.»

Le maire de la municipalité, Denis Santerre, comprend la grogne et appuie l'initiative de la pétition lancée par M. Boisvert. Il a d'ailleurs fait parvenir une demande de résolution avec le conseil municipal de Baie-des-Sables à Hydro Québec, le 7 décembre dernier, pour faire avancer le dossier.

La responsable d'Hydro Québec pour le Bas-Saint-Laurent, Julie Dubé, a d'ailleurs communiqué avec lui mardi matin en vue de planifier une rencontre avec les élus à ce propos, d'ici la fin du mois de janvier.

«Elle m'a répondu positivement qu'éventuellement, ils devraient venir ici nous rencontrer les élus, en janvier, pour être capables de nous dire comment ils vont faire les travaux et ce qu'ils vont réparer», a mentionné M. Santerre.

« La pression qu'on fait en ce moment, je pense qu'elle est solide et qu'elle va donner une bonne chance à nos citoyens d'avoir enfin un réseau réparé», a précisé le maire de Baie-des-Sables.

Des solutions pour 2021

Dans son dernier rapport, Hydro Québec a constaté qu'un nombre d'heures de panne plus élevées que la moyenne était en vigueur dans plusieurs secteurs de la Matanie et de La Mitis. Les 24 et 25 décembre derniers, plusieurs interruptions de services sont survenues dans diverses municipalités, nécessitant le déploiement de leurs équipes sur le terrain pour rectifier la situation.

La société d'État s'est engagée à trouver des solutions pour 2021 en procédant à une analyse de la situation. «C'est une analyse qu'on doit faire de façon plus poussée avant d'avancer des chiffres», a expliqué le porte-parole, Stéphane Dumaresq.

«Selon les résultats et des travaux qu'on va devoir faire, ça peut prendre plus ou moins de temps, a-t-il dit. Il faut d'abord considérer s'il y a des problématiques sur l'ensemble du secteur ou si elles sont localisées, le type de travail ou la nature des travaux demandés, si l'on doit changer l'équipement, etc. Il faut aussi voir si l'on devra faire des interruptions planifiées à des clients à différents moments. Tout ça vient impacter le temps nécessaire pour effectuer les travaux.»

Stéphane Dumaresq a ajouté que la Matanie et La Mitis sont des secteurs plus vulnérables aux grands vents et à l'air salin, ce qui peut aggraver les interruptions de services par endroits.

En fonction des résultats de l'analyse, Hydro Québec sera en mesure de spécifier à quel moment les citoyens pourront espérer un retour à la normale du réseau électrique.

«On comprend la réaction des gens, a noté M. Dumaresq. On les inclut dans le processus et on veut les rassurer sur notre volonté de travailler de concert avec eux et d'assurer la meilleure qualité de service possible.»