/news/society

La Ligue des droits et libertés s'oppose au couvre-feu

(PHOTO DIANE TREMBLAY)
Au Costco Lebourgneuf, des clients ont d

Photo Diane Tremblay

La Ligue des droits et libertés estime que la mise en place d’un couvre-feu devrait être écartée pour combattre la COVID-19.

L’organisme a notamment avancé que la recherche de solutions collectives serait plus efficace que la restriction des libertés individuelles engendrée par un couvre-feu.

L’amélioration de la ventilation des lieux intérieurs, de la capacité de traçage des cas, de la campagne de vaccination ou encore des conditions de travail du personnel de santé fait d’ailleurs partie des différentes mesures proposées par la présidente de la Ligue, Alexandra Pierre.

«La formation accélérée de préposé-e-s pour augmenter les effectifs est une démonstration que le gouvernement Legault peut intervenir concrètement et en prenant ses responsabilités plutôt qu’en agissant par la sanction en aval, en catastrophe, en se concentrant sur la contrainte. Nous lui demandons de privilégier cette voie», a-t-elle renchéri par communiqué.

La présidente de l’organisme s’est également interrogée sur l’efficacité d’un couvre-feu en se basant sur l’exemple de ceux qui ont été imposés en France et dans certains États américains.

Par ailleurs, elle a affirmé que cette contrainte sanitaire pourrait avoir des répercussions importantes sur les personnes vivant dans la rue.

«Ces gens ne vivent pas dans la rue par plaisir. La plupart du temps, c’est parce qu’ils n’ont pas d’autre choix, car ils n’ont pas de toit. Nous craignons que cette communauté déjà grandement vulnérable au virus, entre autres choses, le soit encore davantage avec l’instauration de cette mesure», a ajouté Mme Pierre.

Si Québec décide d’aller de l’avant avec cette décision, il s’agira du premier couvre-feu imposé dans la province depuis la crise d’Octobre de 1970.