/news/politics

L'ex-patron du SPVM met la Ville de Montréal en demeure

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

L’ex-patron du Service de police de la Ville de Montréal Philippe Pichet, qui agissait depuis l’été 2019 comme directeur général de la Ville de Fermont en prêt de services, fait face à de nouveaux obstacles qui l’empêchent de venir terminer sa carrière dans des fonctions, a appris TVA Nouvelles. 

Selon nos informations, M. Pichet a fait parvenir au cours des dernières heures une mise en demeure parce qu’il considère «arbitraires, injustes et illégaux»’ les agissements de la Ville de Montréal à son égard, quant à son lien d’emploi et croit que la Ville cherche à le congédier de façon déguisée. 

Selon nos sources, Philippe Pichet a prévenu le directeur général de la Ville de Montréal, le 16 novembre dernier, qu’il souhaitait demeurer à l’emploi du SPVM «comme il était en droit de le faire» et en a profité pour réitérer sa disponibilité pour le 5 janvier 2021. Or, il n’a eu aucune réponse.

La seule récente communication concernant Philippe Pichet est une lettre du Contrôleur général de Montréal, Me Alain Bond, qui demande à la Ville de Fermont des documents en lien avec un contrat pour les services de la SAAQ à Fermont et en lien avec une plainte alléguée de harcèlement psychologique. 

Selon la mise en demeure, la Ville cherche à nuire à Philippe Pichet et «utilise des moyens détournés pour essayer de le prendre en défaut pour éviter de le réintégrer le privant de son droit fondamental de travailler afin de jouer un rôle utile au sein de la société en l’isolant de façon injustifiable.»

Le dossier de Philippe Pichet est donc à l’étude. Il demeure chez lui, payé, sans affectation. 

«Pourtant, la mairesse avait vanté la contribution positive de Philippe Pichet dans un futur rôle au SPVM», peut-on lire dans la mise en demeure. 

M. Pichet déclare par l'entremise de ses avocats qu'il «souhaite être réintégré dans des fonctions d’inspecteur-chef au SPVM afin de respecter la transaction(...), ce qui lui permettrait de jouer un rôle utile en cette période de crise sans précédent qui affecte particulièrement la Ville et ses citoyens. 

«À défaut, des procédures judiciaires appropriées seront immédiatement engagées.»