/news/usaelection2020

Mike Pence ne s'opposera pas à la certification de la victoire de Biden

Agence France-Presse

Le vice-président américain Mike Pence a fait savoir qu'il ne s'opposerait pas à la certification mercredi de la victoire de Joe Biden à la présidentielle, s'abritant derrière les «contraintes» de la Constitution.

• À lire aussi: «Nous ne concéderons jamais» la défaite, dit Trump

• À lire aussi: Des foules de partisans de Trump convergent vers Washington

Il a présenté ses arguments dans un courrier publié juste avant l'ouverture d'une séance extraordinaire du Congrès destinée à enregistrer officiellement les résultats de la présidentielle du 3 novembre. 

Le président Donald Trump a dénoncé ce qu'il estime être le manque de «courage» de son vice-président Mike Pence, qui a annoncé qu'il ne s'opposerait pas à la certification de la victoire de Biden.

«Mike Pence n'a pas eu le courage de faire ce qu'il aurait dû faire pour protéger notre pays et notre constitution», a tweeté le locataire de la Maison-Blanche.

Mais, selon la Constitution, son rôle est strictement protocolaire: il consiste à «ouvrir» les certificats envoyés par chacun des 50 États pour transmettre les votes de leurs grands électeurs. Seuls les élus peuvent contester les résultats.

Des fidèles de Donald Trump l'ont fait peu après l'ouverture de la séance. Un élu de la Chambre des représentants et un sénateur ont exprimé par écrit leurs objections aux résultats en Arizona.

AFP

Conformément aux règles en vigueur, les parlementaires se sont immédiatement retirés dans leurs chambres respectives pour en débattre pendant au maximum deux heures. Ils voteront ensuite à la majorité simple.

«Risque mortel» pour la démocratie      

Le chef des sénateurs républicains Mitch McConnell a mis en garde ses confrères contre tout refus de certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle, évoquant un risque «mortel» pour la démocratie.

«Si cette élection était invalidée sur la base de simples allégations des perdants, notre démocratie entrerait dans une spirale mortelle», a-t-il lancé lors d'une séance extraordinaire du Congrès qui s'est ouverte par les objections de deux élus républicains aux résultats dans l'État d'Arizona.

 

«Une tentative de coup d'État»    

Les élus républicains qui contestent la victoire de Joe Biden à la présidentielle s'associent à une «tentative de coup d'État», a déclaré de son côté le chef des sénateurs démocrates Chuck Schumer.

«Tristement, et dangereusement, certains éléments du parti républicain pensent que leur survie politique dépend de leur participation à une tentative de coup d'État», a-t-il déploré.

Lors d'une séance exceptionnelle du Congrès, des élus loyaux à Donald Trump ont fait résonner dans l'enceinte du Congrès les allégations de fraude électorale martelées, contre toute évidence, par le président sortant qui refuse de concéder sa défaite.

Il faudrait que les objections soient adoptées dans les deux enceintes pour être retenues, ce qui compte-tenu de la majorité démocrate à la Chambre des représentants n'a aucune chance de se produire

Mais cette procédure pourra être renouvelée pour d'autres États où les résultats étaient serrés - comme la Pennsylvanie ou la Géorgie - ce qui retardera l'enregistrement de la victoire du démocrate. 

Cela ne l'empêchera toutefois pas de prêter serment le 20 janvier.