/news/coronavirus

Confinement et couvre-feu: «un électrochoc avec une batterie d’un volt»

L’annonce du «traitement-choc» du gouvernement Legault pour ralentir la propagation de la COVID-19 au Québec suscite de vives réactions de parts et d’autres.  

• À lire aussi: Confinement et couvre-feu: tout savoir sur les nouvelles mesures

Êtes-vous optimistes que ces mesures parviendront à diminuer l’impact de la pandémie? 

Croyez-vous qu’il s’agit du dernier gros coup de barre à donner? 

Plusieurs internautes, qui ont répondu à ces questions posées sur la page Facebook du Québec Matin, sont d’avis que les règles dévoilées par François Legault mercredi ne sont pas suffisantes ou ne changeront rien. 

Beaucoup blâment d’ailleurs les récalcitrants pour la hausse des cas et l’imposition de ces nouvelles mesures. 

«Je dirais plutôt un semi-traitement-choc qui aurait dû commencer en septembre. Le feu est déjà pris un peu partout. Au lieu de sonner l'alarme au début de l'incendie, on l'a sonnée à la fin ... et pour nous impressionner, le gouvernement sort de sa manche le couvre-feu !!» - Augustin

«L'optimisme a pris le bord ça fait longtemps. Certaines personnes ne font rien pour aider. Un couvre-feu ne changera pas grand-chose d'après moi. L'ouverture des écoles primaires aurait dû être retardée d'une semaine afin qu'un bon 14 jours soit établi pour ceux qui se sont rassemblés pour les Fêtes...» - Martine

«Un peu découragé. J'aurai mis le couvre-feu à 18h. Les gens vont continuer de souper ensemble» - Mario et Roxanne

«Non, car ceux qui ne suivent pas les règles vont continuer à le faire et peuvent continuer à le faire. Exemple: déplacements à l'aéroport pendant les heures de couvre-feu pour un voyage non essentiel. Donc le déplacement est essentiel, mais le voyage est non essentiel. Donc des gens vont continuer à aller chercher leur proche après 20h00 ou les accompagner avant 5h00. Ça ne réduira pas les contacts. Etc., Etc.» - France

«Aucun optimisme. Avec le couvre-feu, il aurait dû demander l'aide de l'armée pour la surveillance. Les policiers ne fourniront pas en plus de 5:00 à 20:00, les déplacements devraient être limités avec des passes. Ex.: une passe pour l'épicerie par semaine, la pharmacie et la quincaillerie/vêtement» - Normand

«Non, tant que les aéroports seront ouverts ça ne changera rien. C’est un problème, mais aussi les gens récalcitrants. C’est très dommage pour les efforts faits par les Québécois qui ont suivi les règles car aujourd’hui on paye encore pour ça et ce sera 2021 aussi pire que l'an dernier.» - Brigitte

«Je pense que ça aurait dû être fait plus tôt ce couvre-feu. Le temps des Fêtes, il y a eu plein de rassemblements. Les aéroports auraient aussi dû être fermés. Là on paye pour une minorité. Bref un 28 jours qui se prolonge, fermeture de commerces, un couvre-feu, ça ne sert à rien pour les récalcitrants. C’est cela qui cause la courbe montante. Et augmenter la dette pour aider toutes ces personnes qui subissent des fermetures et perdent leur travail temporaire. Qui paiera encore après tout le monde? Quand enfin une vaccination sérieuse de masse? Le moral est bas. Optimiste, c’est dur de l’être» - David

«Si jamais quelqu'un sait il est où le traitement-choc, dites-le-moi parce que je le cherche et je ne le trouve pas. Je trouve que c'est plutôt un déconfinement.» - Pascale

«Honnêtement, je ne sais plus trop quoi penser. On a essayé tellement de choses que j’avoue être un peu découragée. Je suis par contre contente que les jeunes puissent retourner à l’école. Ils doivent apprendre et socialiser.» - Jocelyne

«Un électrochoc avec une batterie de un volt ça ne donne pas grand-chose. La moitié des gens n'ont pas suivi les consignes durant les Fêtes et ils renvoient les enfants à l'école. Bonjour la contamination et dommage pour les parents qui ont respecté les consignes gouvernementales» - Serge

«Où voyez-vous le traitement-choc ? Aucune différence avec le 24 décembre à part un couvre-feu. En juillet on sera à la même place. Le gouvernement doit TOUT FERMER» - Julie

«Ce n’est pas ce que j’appelle un traitement-choc lorsque la seule nouvelle mesure est le couvre-feu. La majorité des gens étaient déjà chez eux dans cette plage horaire. Je ne serais pas étonnée que les cas continuent de monter en fait et que dans deux semaines on soit de retour à la case départ» - Alexandra