/news/usaelection2020

«Un des jours les plus sombres de notre Histoire»

Agence France-Presse

Le président élu Joe Biden a accusé jeudi Donald Trump d'avoir «déchaîné un assaut sans merci contre les institutions» démocratiques américaines, après des violences inédites perpétrées par ses sympathisants au Capitole mercredi.

• À lire aussi: Joe Biden confirmé président d’une Amérique ébranlée par les violences des pro-Trump

• À lire aussi: Donald Trump promet une «transition ordonnée»

• À lire aussi: Les appels à destituer Trump se multiplient

«Hier était à mes yeux l'un des jours les plus sombres de notre Histoire», a déploré Joe Biden, qualifiant ceux qui ont participé à ces troubles de «terroristes».

Donald Trump s'était adressé mercredi à la foule, encourageant ses partisans à avancer vers le Congrès, avant de publier une vidéo où il répétait sans preuve que l'élection leur avait été «volée». 

Le prochain président américain, qui s'installera à la Maison-Blanche dans 13 jours, s'est dit convaincu que des manifestants antiracistes auraient été traités «très différemment» des partisans de Donald Trump qui ont semé le chaos à Washington la veille.

«Ils auraient été traités très, très différemment que la foule hargneuse qui a envahi le Capitole. Nous savons tous que c'est vrai, et c'est inacceptable», a-t-il dénoncé depuis son fief de Wilmington.

Joe Biden ne s'est en revanche pas exprimé sur les appels à destituer Donald Trump qui se multiplient chez les démocrates, avec quelques rares voix républicaines. 

«Le président élu Biden et la vice-présidente élue Harris se concentrent sur leur devoir - se préparer à prendre leurs fonctions le 20 janvier - et laisseront au vice-président Pence, au cabinet et au Congrès la responsabilité d'agir s'ils le jugent nécessaire», a indiqué à l'AFP le porte-parole du président élu, Andrew Bates. 

Les chefs démocrates du Congrès Nancy Pelosi et Chuck Schumer ont exhorté jeudi le vice-président Mike Pence à invoquer «immédiatement» le 25e amendement de la Constitution, qui autorise le vice-président et une majorité de membres du cabinet à déclarer le président «inapte» à exercer son rôle, et donc à l'écarter de la présidence. 

S'il n'agit pas, le Congrès «pourrait être prêt à avancer vers une procédure de destitution», a ajouté la présidente de la Chambre Nancy Pelosi qui a, en cette qualité, le pouvoir d'ouvrir une telle procédure.