/finance/homepage

Couvre-feu: les dépanneurs veulent aussi pouvoir livrer de l’alcool et de la nourriture

Photo d'archives, 24H

Des dépanneurs réclament au gouvernement Legault d’assouplir certaines restrictions entourant le nouveau confinement. Ils demandent notamment de pouvoir livrer de la nourriture et de l’alcool durant le couvre-feu, comme pourra le faire le secteur de la restauration. 

«Le marché du dépanneur a beaucoup évolué, au cours des dernières années. Il y a plus de dépanneurs qui offrent des mets préparés comme de la lasagne, de la pizza ou des pâtés à la viande», note le DG de l’Association des marchands dépanneurs et épiciers du Québec (AMDEQ), Yves Servais.    

Ce dernier précise ne pas vouloir partir en guerre contre les restaurateurs, dont plusieurs ont eu la vie difficile depuis le printemps, dit-il. Il estime toutefois que son industrie pourrait aussi profiter de cette opportunité de pouvoir livrer des mets et de l’alcool durant le couvre-feu. 

«Avant la pandémie, le marché de la restauration était principalement axé sur la consommation sur place. Tranquillement, les restaurants envahissent le créneau de consommation à domicile. Nous, nos ventes sont axées sur la consommation à domicile», fait valoir au Journal de Montréal M. Servais, dont l’organisation compte plus ou moins 1300 membres à travers le Québec. 

Source de revenus

L’AMDEQ mentionne que certains de ses membres, qui offrent déjà un service de livraison, ont déploré le fait de ne plus pouvoir livrer dès samedi après 19h30, alors que le secteur de la restauration pourra maintenir ses activités jusqu’à 23h. 

Rappelons que les produits alcoolisés sont l’une des principales sources de revenus des dépanneurs avec les loteries et les produits à base de tabac. 

Vendredi, Le Journal de Montréal écrivait que les restaurants deviendront grâce à leur service de livraison les seuls commerces à vendre de l’alcool au Québec après 19h30, et ce, dès samedi et jusqu’au 8 février. 

Tous les commerces ou presque, incluant la Société des alcools du Québec et la Société québécoise du cannabis, devront fermer leurs portes pour le couvre-feu. Les épiceries ne pourront également plus livrer.  

Les pharmacies ne pourront vendre que des médicaments et des produits essentiels et les dépanneurs avec des postes d’essence de la nourriture, de l’essence et des produits pour véhicules routiers. Ceux n’ayant pas un service de carburant devront fermer leurs portes à 19h30. 

De son côté, le Conseil canadien de l'industrie des dépanneurs (CCID) a préféré attendre avant de prendre position sur la vente d’alcool et de mets. 

«Pour bien des dépanneurs avec essence, s’il n’y a pas de trafic et pas de vente d’alcool et de cigarettes, il y a de bonnes chances que les propriétaires calculent que cela ne vaut pas la peine d’être ouvert», a souligné le vice-président Québec, Michel Gadbois.